Un syndicat d'internautes menace les opérateurs

1 avril 2010 à 14h52
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 17h46 -

Face au Gouvernement et aux fournisseurs d'accès à Internet, des milliers d'abonnés se fédèrent pour faire entendre leurs voix.L'union fait la force. Grâce à la Fédération Française des Télécoms (FFT) et à l'Association Française des Opérateurs de Réseaux et de Services de télécommunication (AFORS), les fournisseurs d'accès disposent de structures de lobbying pour influencer les décideurs et peser sur les diverses réglementations du secteur. Fort de constat, des internautes ont décidé de se regrouper à leur tour sous la forme d'une association.

Baptisée Très Haut Débit Pour Tous (THDPT), cette fédération rassemble actuellement plusieurs milliers de membres - abonnés pêle mêle chez Orange, Free, SFR, Bouygues, Darty ou Numericable - et dont le principal point commun est de militer en faveur d'un déploiement rapide d'Internet très haut-débit partout en France. "La France accuse un inquiétant retard en la matière" fustige le président de THDPT qui renvoit dos à dos l'attitude des opérateurs et le manque de volonté des décideurs au niveau administratif et politique.

Plusieurs membres de l'association évoquent leur situation. Olivier, infographiste à Paris, rappelle qu'en plein coeur de la capitale il n'a pas encore accès à la fibre optique alors qu'elle passe sous ses pieds. Gregory et Ronan, habitant tous les deux en périphérie d'une grande métropole régionale, ne se font plus d'illusion et affirment avec humour qu'ils seront sans doute en retraite avant d'être fibrés ! Quant à François, qui a choisi la campagne pour sa qualité de vie, il attend que la fibre optique arrive jusqu'à.....son central téléphonique qui ne lui permet toujours pas de bénéficier d'un débit supérieur à 2Mbits/seconde.

Interrogé par notre équipe sur les efforts récemment entrepris pour accélérer le FTTH, le président de l'association balaie d'un revers de la main les mesures réglementaires prises par l'ARCEP et l'enveloppe de 2 milliards du Grand Emrprunt. Selon lui, la segmentation de la couverture FTTH consistant à prioriser le déploiement de la fibre dans les agglomérations (zone 1), puis dans les villes (zone 2) et enfin dans les campagnes (zone 3) n'est pas logique. "La fibre devrait logiquement être réservée en priorité aux zones rurales, les villes étant déjà saturées d'antennes bientôt compatibles avec le Très Haut Débit mobile". Quant au 2 milliards promis, "c'est une goutte d'eau comparé aux 30 milliards qu'il faut investir pour remplacer toutes les lignes téléphoniques par de la fibre".

L'association souhaite visiblement jouer le rôle de contre-pouvoir. "Nous avons des idées, des propositions et nous sommes motivés pour nous faire entendre" préviennent les membres de THDPT. A la manière d'un syndicat, la THDPT pourrait mobiliser ses membres et lancer des actions ciblant les fournisseurs d'accès. Parmi les pistes évoquées par l'association, citons les résiliations massives d'option chez les opérateurs, les révocations de prélévement automatique, les téléchargements simultanés de milliers de distribution Linux, les sittings organisés autour des noeuds de raccordement d'abonnés (NRA), la mise en place de réseaux Wifi communautaires low-cost ou encore des consignes de vote pour les prochaines élections...