La TV publique sous perfusion privée ?

25 juin 2008 à 15h34
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h52 -

Le financement de France Télévisions pourrait provenir d'une taxe de 0,8% sur le chiffre d'affaires des fournisseurs d'accès Internet.En quelques années, Internet est devenu le média de référence. Bien qu'on dénombre toujours plus de téléviseurs que de connexions haut débit, force est de constater que le secteur de la télévision se fait grignoter par le Web.

Le secteur d'Internet et du numérique en général est en pleine ébullition mais est-ce une raison pour taxer les opérateurs télécoms, et mettre une partie des chaînes TV (en l'occurence France Télévisions) sous perfusion ?

Le rapport de la Commission Copé sur l'avenir de France Télévisions est officiellement remis aujourd'hui au Président la République. Pour compenser la perte des revenus publicitaires, plusieurs pistes de financement sont évoquées.

En plus d'une indexation sur l'inflation - et donc d'une augmentation - de la redevance TV, le Gouvernement souhaiterait récupérer 0,5 à 0,8% du chiffre d'affaires des opérateurs Internet. Et 0,5% de plusieurs milliards d'euros générés chaque année par Orange, Free, Neuf et consors... cela semble faire réfléchir l'Etat qui a besoin de 650 millions par an pour les médias publics. Du côté de l'Union Européenne, le son de cloche est pourtant différent.