Wi-Fi Herault : de l'espoir à haut débit

26 mars 2008 à 14h01
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h53 -

Face à l'impatience et à la résignation de certains internautes, un simple accès WiFi partagé peut faire la différence.Les zones blanches existent encore et toujours. Aujourd'hui, plusieurs dizaines de milliers d'internautes se connectent en bas-débit et désespèrent d'accéder un jour à Internet via une connexion haut débit.

Installée près de Montpellier, Wi-Fi Hérault est une petite structure de 3 personnes qui oeuvre pour connecter en haut débit sans fil la portion d'internautes qui n'intéresse pas assez les fournisseurs d'accès, et qui a du mal à se faire entendre des pouvoirs publics.

Eloignés des réseaux de télécommunication, situés dans des zones peu denses, certains villages attendent une solution depuis plusieurs années. Brigitte Fontaine (Wi-Fi Hérault) nous explique ainsi que "même l'économie locale est touchée quand une entreprise délocalise pour s'implanter dans une zone couverte par l'ADSL".

Dans la pratique, Wi-Fi Hérault s'inspire du concept des réseaux WiFi maillés. L'idée est d'utiliser un point d'accès ADSL (abonnement Nerim) depuis une zone éligible et d'envoyer le signal par Wi-Fi via un système d'antennes préalablement poisitionnés sur des points hauts stratégiques.

Un abonnement ADSL, 2 antennes, un routeur et un peu d'adhésif pour le tout ? Pas aussi simple que ça ! Brigitte Fontaine et son équipe sont amenés à cartographier précisément la zone pour optimiser le maillage du réseau. Au niveau du calibrage des signaux, il leur faut trouver le meilleur compromis entre puissance (norme réglementaire maximum de 100 mW), portée, et bien entendu débit. Se pose aussi la question de l'alimentation des antennes-relais. "Nous les équipons avec un capteur solaire au besoin" précise Mme Fontaine.

Wi-Fi Herault s'occupe de tout et installe au final le dernier maillon de la chaîne, à savoir un relais directement dans la commune, "de préférence sur le clocher de l'église, sur le toit de la mairie ou sur un château d'eau". Cette antenne récupère le signal et le redistribue en Wi-Fi chez l'ensemble des internautes disposant d'un abonnement et de l'équipement adapté.

Les internautes peuvent profiter d'un débit allant jusqu'à 5 Mbits en réception et 512 Kbits en émission. Une vitesse confortable qui peut, certes, varier selon le nombre d'abonnés connectés simultanément, et selon l'utilisation plus ou moins intensive de la bande passante. "Nos matériels sont calibrés en fonction des besoins de la commune mais ne sont pas prévus pour le Peer To Peer" rappelle brigitte Fontaine.

Côté tarif, l'installation d'une antenne "communale" est facturée environ 1500€. Pour les abonnés en zone blanche, le forfait haut débit revient à moins de 36€ TTC par mois, sans engagement ni frais de résiliation. A ce tarif, pas de téléphonie IP : une solution complémentaire comme celle de Budget Telecom (9,90€) séduira les abonnés souhaitant appeler les téléphones fixes sans limite. Les internautes peuvent également se procurer un kit de connexion complet optionnel (modem routeur sans fil Dlink DWL-G810, antenne WiFi extérieure, câbles), et même demander une installation à domicile si besoin.