Le Pierre de Fermat : le nouveau câblier d'Orange Marine

10 novembre 2014 à 14h32
- Mis à jour le 19 juin 2019 à 09h27 -

Reportage sur le nouveau navire câblier d'Orange Marine, spécialisé dans la pose et la maintenance de câbles sous-marins de télécommunication et d'énergie, à Brest le 7 novembre 2014.

Construit par les chantiers Vard (anciennement STX), le "Pierre de Fermat" est le plus récent câblier de la flotte d'Orange Marine, la filiale de l'opérateur spécialisée dans la pose et la maintenance des câbles sous-marins. Ce sixième navire - Orange a perdu le Chamarel suite à un incendie - a été baptisé en l'honneur Pierre de Fermat. Ce mathématicien/physicien français du 17ème siècle a édité le principe de Fermat servant de fondement à l'optique géométrique qui décrit la forme du chemin optique d'un rayon lumineux

La mise en service d'un câblier est un événement rare puisque l'on ne compte qu'une soixantaine de ce type de navires dans le monde. Le dernier câblier inauguré - en 2002 - était d'ailleurs le René Descartes, lui même au service d'Orange Marine (anciennement France Télécom Marine) et que nous avions eu la chance de visiter du pont à la cale en juillet 2011 !

Un navire moderne et puissant

Le Pierre de Fermat par Michel Floch

La construction du Pierre de Fermat s'est déroulée en 2 grandes étapes. Les équipes du chantier naval de Tulcea en Roumanie se sont occupées du contenant (coque....) tandis que l'équipe norvégienne du chantier de Braatvaag s'est penchée sur le contenu (aménagement intérieur, informatique....)

Long de 100 mètres et haut de 21 mètres, le Pierre de Fermat est un navire de 4000 tonnes aux courbes particulières et au design singulier. Plutôt compact, il a été exclusivement conçu pour la pose et la réparation de câbles sous-marins de télécommunication mais également de câbles d'énergie. Comme tous les câbliers, le Pierre de Fermat se distingue des autres navires par la présence de plusieurs cuves de câbles dans ses cales, par un vaste pont arrière avec des grues et un davier, ainsi que par une double passerelle pour diriger le bateau lors des manœuvres de pose/maintenance de câbles.

La propulsion du Pierre de Fermat s'appuie sur 4 moteurs de 2250 kW chacun et de 3 propulseurs latéraux de 880 kW chacun. La motorisation du navire est un élément important pour deux raisons. D'une part, un câblier puissant pourra enfouir plus rapidement des câbles (gain de productivité). Et d'autre part, les propulseurs garantissent la précision du maintien et la stabilité du navire pendant les opérations de pose/maintenance.

Battant pavillon français et doté d'un équipage d'une soixantaine de personnes, le Pierre de Fermat compte 70 cabines individuelles bien équipées (TV, Internet...) et même une infirmerie avec un médecin de bord embarqué pour les missions les plus longues (jusqu'à 45 jours d'autonomie). Du côté d'Internet, le câblier est connecté par satellite grâce à deux antennes protégées par un dôme et installées sur le mât radar juste au dessus de la passerelle. Il s'agit de communications VSAT en Bande Ku ainsi que d'un double système Inmarsat.

En plus des câbles de télécommunication, le Pierre de Fermat est conçu et certifié pour la pose de câbles d'énergie. Ainsi, Orange Marine est en mesure d'étendre ses activités à de nouveaux marchés prometteurs tels que le développement des parcs d'éoliennes offshore.

Poser et réparer des câbles

Réparation de câble

Le rôle du Pierre de Fermat est de poser et réparer les câbles sous-marins. En alerte 24/24h et 365 jours par an, le câblier peut appareiller sous 24 heures pour se rendre sur zone et réparer un câble sectionné par un chalut, une ancre ou encore par un éboulement sous-marin. La maintenance est une activité pointue qui nécessite un savoir-faire particulier. En effet, la localisation de la section endommagée d'un câble est rarement précise. L'opérateur du câble peut uniquement estimer la zone concernée. Le câblier doit donc littéralement débusquer le câble et le remonter à l'aide de grappins et surtout avec son robot sous marin, le ROV Hector 7. Celui-ci peut opérer jusqu'à 2000 mètres de profondeur et dispose notamment de détecteurs magnétiques. Il met en oeuvre également des buses hydrauliques pour déterrer le câble s'il est enfoui sous les sédiments. Depuis une salle dédiée sur le Pierre de Fermat, un opérateur est en charge de la navigation et peut saisir et couper le câble grâce aux bras articulés du ROV.

Une fois à bord, le câble est coupé : une première partie est fixée à une bouée et reste à la mer tandis que l'autre extrémité est remontée sur le pont de travail. Les techniciens d'Orange Marine procèdent alors à sa réparation en préparant un "jointage". Il s'agit d'un nouveau segment de câble qui sera raccordé aux deux sections du câble sous-marin. Les fibres optiques sont minutieusement soudées puis placées dans un boitier étanche lui-même renforcé par un moulage de protection. Une fois le premier joint réalisé, l'équipage réitère l'opération sur le seconde partie. Le câble est redescendu au fond de l'océan seulement après que les vérifications ont confirmé la qualité des signaux optique et électrique via des mesures entre les stations terrestres de chaque côté du câble.

Le Pierre de Fermat embarque moins de câbles d'énergie puisque ces derniers sont nettement plus gros et plus lourds que les câbles de fibre optique. Rappelons que ces centaines de kilomètres de câbles sont soigneusement "lovés" dans les cales à la main... tirés par les hommes d'équipage !

Lorsque des consortiums d'opérateurs décident de créer un câble sous-marin, ils lancent des appels d'offre pour choisir un prestataire en charge de déployer l'infrastructure. Orange Marine fait parti des rares sociétés dans le monde ayant la capacité de réaliser ce type de prestation. Pour cela, le Pierre de Fermat dispose de 3 cuves d'un diamètre différent (16 mètres, 14m et 8m) permettant d'emporter 2300 tonnes de câbles, soit l'équivalent de 2500 kilomètres de câbles. Imaginez que ce bateau est capable d'emporter un câble permettant de relier Brest à Strasbourg puis Strasbourg à Marseille et enfin Marseille à Brest !

Selon les paramètres de la mission (souhaits du client, topographie, trafic maritime...), le câble est "enssouillé" - c'est à dire enterré dans une tranché de 1 à 2 mètres de profondeur - ou tout simplement posé sur le fond. La vitesse de déploiement n'est pas du tout identique selon le mode opératoire. En pose classique, le Pierre de Fermat est capable de naviguer à 6 noeuds, soit environ 11 kilomètres par heure. Si la "charrue" qui trace le sillon pour enterrer le câble est mise à l'eau, la vitesse tombe alors à 0.7 nœuds, soit 1.3 kilomètres à l'heure.

La première mission du Pierre de Fermat

Arrivé à Brest fin octobre, le Pierre de Fermat a appareillé le 10 novembre et mis le cap vers le port de Dunvegan au Nord Ouest de l'Ecosse. Commandé par Cristelle Palpacuer, il rejoindra sur zone le René Descartes pour déployer des câbles sous-marins entre l'Ecosse et les îles de Harris, Skye et de North Uist notamment. Ce projet réunit British Telecom, Global Marine et Orange Marine dans le cadre du vaste plan de développement numérique engagé par le Gouvernement britannique. Selon nos informations, un total de 400 kilomètres de câbles sera déployé. La plus longue portion (79 km) sera posée entre Ullapool et Stornoway.

Le diaporama photo

 


Orange Fibre Optique Réseaux
cablier-pierre-fermat-orange Le câblier Pierre de Fermat
vue-avant La proue du navire
pierre-de-fermat Le babord du Pierre de Fermat
pont-arriere Le pont arrière
grue-arriere La grue arrière pour la mise à l'eau de la charrue
salle-controle-pont-cable Pour coordonner le travail des équipes du pont de travail et du pont arrière
cuve-cable Une des trois cuves du câblier (16m de diamètre et 8m de haut)
pont-travail Les câbles avancent lentement vers le davier arrière du navire
arrivee-cable-cuve Le câble remonte de la cuve vers le pont de travail
rail-grapins Des grappins pour accrocher et relever les câbles
rail-repeteur Etagère de rangement d'une trentaine de répéteurs
repeteur Un répéteur pour redynamiser le signal tous les 60 km
cables-sousmarins Des câbles de tous formats avec différents types de blindage
cable-energie Câble d'alimentation électrique sous-marin
soudeuse-optique Soudeuse optique pour réparer les fibres sectionnées
moulage-protection Le câble réparé est protégé dans cette coque ultra-résistante
rov-hector7 Le sous-marin installé dans son hangar dédié
arriere-hector Hector 7 pèse 9 tonnes et descend à 2000 mètres sous les mers
pince-guillotine Pince guillotine du robot
lance-eau-hector Buses d'eau pressurisée pour creuser les fonds marins
salle-controle-rov La salle de contrôle du robot sous-marin
passerelle-arriere Poste de pilotage arrière du navire
salle-moteur Salle des moteurs avec Jean-Jacques Le Guennec (commandant en second)
ecran-controle Ecrans de contrôle de la propulsion du navire
dome-satellite La connexion Internet par satellite du navire
repeteur-wifi Répéteurs DECT (Alcatel) et Wi-Fi (Cisco) dans un couloir
jeanluc-vuillemin Jean-Luc Vuillemin, directeur des réseaux internationaux d'Orange