WiMax : où en est-on un an après l'attribution des licences ?

8 juillet 2009 à 14h14
- Mis à jour le 23 janvier 2019 à 08h10 -

A l\'occasion su salon Odébit 2007, Ariase revient sur la situation du WiMax en France. Un an après l\'espoir suscité par les licences, où en sont les projets et pourquoi le Wimax est-il peu ou pas déployé en France ?

Odébit 2007 : les premiers retours d'expériences

salon odebit 2007Le salon Odébit 2007 a réuni de nombreux prestataires et acteurs du haut débit. En tant que technologie d'avenir et comme alternative à l'ADSL, le Wimax est un sujet essentiel pour la couverture des zones blanches mal desservies par le haut débit. Invité au salon Odébit et à la conférence sur le Wimax, Ariase fait le point sur le déploiement du Wimax en France depuis l'attribution des licences Wimax par l'ARCEP en juillet 2006.

Qu'en est-il des réseaux ? Des stations de base ? Des matériels compatibles et des usages ? Un an après l'espoir suscité par les licences, où en sont les projets et pourquoi le Wimax est-il peu ou pas déployé en France ? Présentée par Alain Baritault, rédacteur en chef de la revue "Cités Numériques", la conférence "Wimax : un après" a réuni plusieurs acteurs majeurs du secteur. Des responsables d'Alvarion, Motorola, HDRR, Samsung et des Conseils Généraux du Loiret et de la Haute Garonne ont présenté tour à tour un état des lieux du Wimax.


HDRR et ses 11 licences d'exploitation

HDRR possède 11 licences régionales 3.5 Ghz délivrées par l'ARCEP en 2006. Composé par TDF, Axione et LD collectivités, HDRR se positionne aujourd'hui sur 2 créneaux. D'une part, il a pour objectif la couverture prioritaire des zones blanches ADSL. Et d'autre part, il oeuvre également en tant qu'opérateur d'opérateurs en proposant des infrastructures Wimax aux opérateurs locaux ou nationaux susceptibles de commercialiser des forfaits Wimax.

Dans les collectivités locales avec lesquelles il travaille, HDDR compte notamment couvrir 80% des zones blanches via la technologie Wimax et mettre à la disposition des internautes des liaisons symétriques/asymétriques via des offres monoplay (internet haut débit) ou Dualplay (accès internet + téléphonie voix sur IP).

Depuis l'attribution des licences, HDRR a lancé des "beta tests" pour valider techniquement l'efficacité des réseaux Wimax dans plusieurs départements. Que ce soit dans le Loiret, la Haute Marne, le Haut Rhin ou la Seine Maritime, HDRR a achevé la phase d'installation technique et passera à la phase de commercialisation du Wimax d'ici la fin de l'année.


Alvarion, Samsung, Motorola : les équipements Wimax

Plusieurs sociétés investissent le secteur des équipements Wimax. La mise en oeuvre des réseaux Wimax nécessite en effet des infrastructures pour émettre (stations de base par exemple) mais aussi des solutions pour recevoir le signal comme les antennes Outdoor ou Indoor et les CPE (terminaux Wimax). Le déploiement du Wimax par les opérateurs est donc fortement lié à la disponibilité des équipements tant au niveau de la qualité que du prix.

modem WimaxLes industriels proposent enfin des modules CPE parfaitement compatibles avec la norme 802.16e (Wimax mobile). il s'agit dans un premier temps d'antennes et de modems destinés aux abonnés. On peut facilement imaginer l'intérêt des équipementiers et des FAI pour une "Box" Wimax aussi simple d'utilisation et puissante que celles proposées dans le secteur de l'ADSL. La généralisation de la norme sur d'autres supports ne devrait pas tarder. Des cartes PCMIA Wimax pourront être branchées sur des ordinateurs portables. De même, des puces de nouvelle génération - comme celle prévue par Intel - équiperont bientôt de nombreux types de terminaux (téléphones, PDA, portables...).

Le Wimax est une technologie d'avenir qui pourrait prendre la suite de la "3G" (téléphonie GSM + Internet haut débit). Mais attention : le Wimax "mobile" (norme 802.16e) permet seulement le nomadisme, puisque la mobilité (communication maintenue pendant le déplacement) n'est pas autorisée pour l'instant par l'ARCEP. Bref, une guerre des standards est déjà en train de couver entre les pro 3G (basé sur la technologie GSM des réseaux de téléphonie mobile) et les pro Wimax qui estiment que le premier élément de la 4G est le Wimax mobile.


Le Conseil Général du Loiret : premiers retours d'expérience

Le haut débit dans le département du Loiret (45) est une préoccupation qui est déjà prise en compte depuis plusieurs années. En décembre 2004, le Conseil Général a accordé une délégation de service public (DSP) à LD Collectivités pour la couverture numérique du territoire avec un débit minimum de 2 Mbits par seconde pour tous les internautes. En janvier 2007, le réseau Wimax départemental est inauguré. Dix stations relais sont installées, mais il ne s'agit que du début d'une phase de test grandeur nature pour valider le réseau technique. La commercialisation des services haut débit débutera à l'automne 2007. L'occasion pour le Conseil Général de mettre en place 4 nouvelles antennes Wimax.

antenne WimaxLes partenaires du Conseil Général 45 sont HDRR, LD Collectivités et Motorola. Ce dernier proposera 3 types de CPE pour les abonnés (modules Indoor, Outdoor VO et Outdoor). Côté efficacité, le Wimax est assujetti aux contraintes perturbant les signaux radios. Le relief et la végétation peuvent perturber la réception des données ou diminuer les débits. D'après le responsable TIC du Conseil Général du Loiret, les mesures effectuées sont plut bonnes. Avec un terminal Indoor, le débit serait de 6 Mbits en réception et 1 Mbits en émission à 2 kilomètres de la station de base. Avec un CPE Outdoor, le Conseil Général a enregistré une vitesse de 4.5 Mbits/sec en download et 1.5 Mbits en upload à 9 kilomètres du relais.

Depuis l'attribution des licences, le Wimax est resté discret. Mais les opérateurs et les équipementiers ne se sont pas pour autant croisé les bras. L'année écoulée a permis aux acteurs du secteur de mettre en place - dans certains départements - les réseaux en respectant un cahier des charges précis. La première étape a bien sûr été de géolocaliser les zones blanches en déterminant l'éligibilité de la population à l'ADSL. L'étape suivante a consisté en l'installation de stations sur des emplacements stratégiques, soit au coeur des zones blanches, soit sur des lieux hauts à proximité. Enfin, après la phase d'appels d'offre et les tests de validation, vient le temps intéressant plus particulièrement les internautes : celui de la prise d'abonnement !

Au final, si 2006 a été l'année des licences et 2007 l'année des réseaux, 2008 sera définitivement l'année de transition pour les FAI et pour les abonnés. La technologie Wimax commencera à prendre le dessus sur le bas débit 56K dans les zones blanches dans un premier temps. Et qui sait ? Dans quelques années, il remplacera peut-être le GSM et la 3G...

Réseaux