Pourquoi on ne peut pas toujours choisir son opérateur fibre ?

13 mai 2019 à 17h39
- Mis à jour le 13 octobre 2020 à 11h09 -

C'est un fait : on a pas toujours le choix de son opérateur fibre. En effet, dans certains territoires, il n'y a qu'un seul gros opérateur (Orange, Free, Bouygues Telecom ou SFR) qui commercialise ses abonnements à la fibre optique. Explications.

Pourquoi n'a-t-on pas toujours le choix de son opérateur fibre ?

C'est une mésaventure qui arrive à bon nombre de personnes qui veulent souscrire un abonnement à la fibre optique : vous êtes abonné à une offre ADSL chez un opérateur et vous venez d'apprendre que votre logement est éligible à la fibre optique. Vous êtes content, vous allez pouvoir passer au Très Haut Débit. Seulement problème, un seul opérateur commercialise ses box fibre et ce n'est pas le vôtre.

La raison est simple et tient en une phrase : chaque est opérateur est libre de commercialiser ou non des offres fibre, et il peut décider de le faire dans un territoire et pas dans un autre, d'abord dans un quartier et beaucoup plus tard dans un autre. Tous les opérateurs n'ont pas la même stratégie et n'en sont pas au même stade du déploiement de la fibre optique.

A fin juin 2020, Orange était le plus avancé avec 19,2 millions de foyers raccordables en fibre optique, devant Free avec 16,7 millions et Bouygues Telecom à 14,3 millions de foyers éligibles. De son côté, SFR communique sur 17,4 millions de locaux raccordables. Mais ce chiffre porte à la fois sur les locaux raccordables en fibre optique jusqu'au domicile (FttH) et en fibre jusqu'au bâtiment, avec terminaison coaxiale jusque dans le logement (FttB). Pendant longtemps, en effet, l'opérateur a fait le choix de privilégier cette technologie d'accès à Internet, et a donc pris du retard dans le déploiement de la fibre optique jusqu'au domicile.

Des fonctionnements différents selon les zones géographiques

Plusieurs cas de figure sont possibles. Dans les 106 plus grandes villes, chaque opérateur doit déployer son propre réseau fibre optique. En effet, dans les zones très denses, les opérateurs se concurrencent via les infrastructures. Cela signifie que chacun doit construire son propre réseau "horizontal" depuis la création d'un nœud de raccordement optique jusqu'à la fibre tirée dans les rues. Il faut donc investir massivement et disposer d'équipes techniques bien formées. Orange, le plus actif en termes de déploiement sur les métropoles, est l'opérateur le plus souvent disponible, suivi de Free. Parti en retard, Bouygues Télécom a fortement accru la disponibilité de ses offres fibre en zone urbains, et couvrait à fin juin 2020 quelque 4,5 millions de logements (sur un total de 7 millions). SFR, pour sa part, est en mesure de proposer du Très Haut Débit sur plusieurs millions de logements grâce à la fibre avec terminaison câble, et parfois aussi en fibre jusqu'au domicile. L'opérateur a laissé entendre qu'il comptait basculer totalement sur cette dernière technologie d'ici quelques années.

C'est différent partout ailleurs, dans les zones moins denses, où les opérateurs appliquent le principe de mutualisation. En général, Orange, SFR, ou encore un autre opérateur d'infrastructure (dans les zones rurales notamment) construit un réseau de fibre optique cofinancé ou loué par les fournisseurs d'accès à Internet, et mis à leur disposition. Néanmoins, les opérateurs doivent encore équiper une partie du réseau (installation d'un équipement FTTH dans le nœud de raccordement). Et cela peut prendre plusieurs mois...

Voilà pourquoi, d'une ville à l'autre, d'un quartier à un autre, tous les opérateurs ne commercialisent pas forcement des abonnements à la fibre. Pour savoir quelle est la situation à votre adresse, il vous suffit de faire un test d'éligibilité à la fibre optique.

De 1 à 10 fournisseurs d'accès

Dans les zones où les opérateurs déploient la fibre sur leurs propres derniers, 16% seulement des foyers éligibles à la fibre optique n'avaient pas le choix de l'opérateur commercial FTTH à fin 2018. Tout simplement parce qu'un seul y commercialisait ses offres. Tous les autres avaient le choix entre 2, 3, 4 opérateurs ou plus.fibre-choix-operateur

Dans les zones moins denses, là où la fibre est déployée par des réseaux d'initiative publique, c'est à dire en milieu rural ou dans les villes de petite taille, 71% des foyers éligibles à la fibre optique n'avaient pas le choix parmi les principaux opérateurs FTTH (Orange, Free, Bouygues Telecom et SFR). A fin 2018, il n'y en avait qu'un, Orange ou SFR le plus souvent, tandis que 18% ont le choix entre deux FAI, et 11% entre trois. Les choses se sont améliorées depuis dans ces zones moins denses d'initiative publique, mais les quatre grands opérateurs nationaux sont encore rarement présents sur un même réseau. En revanche, on y retrouve souvent de nombreux FAI de proximité comme Coriolis, K-Net, Nordnet, OVH Télécom, Ozone, Vialis ou Videofutur.