Pourquoi on ne peut pas toujours choisir son opérateur fibre ?

13 mai 2019 à 15h39
- Mis à jour le 9 septembre 2019 à 09h38 -

C'est un fait : on a pas toujours le choix de son opérateur fibre. En effet, dans certains territoires, il n'y a qu'un seul gros opérateur (Orange, Free, Bouygues Telecom ou SFR) qui commercialise ses abonnements à la fibre optique. Explications.

Pourquoi on a pas toujours le choix de son opérateur fibre ?

C'est une mésaventure qui arrive à bon nombre de personnes qui veulent souscrire un abonnement à la fibre optique : vous êtes abonné à une offre ADSL chez un opérateur et vous venez d'apprendre que votre logement est éligible à la fibre optique. Vous êtes content, vous allez pouvoir passer au Très Haut Débit. Seulement problème, un seul opérateur commercialise ses box fibre et ce n'est pas le vôtre.

La raison est simple et tient en une phrase : chaque est opérateur est libre de commercialiser ou non des offres fibre, et il peut décider de le faire dans un territoire et pas dans un autre, d'abord dans un quartier et beaucoup plus tard dans un autre. Tous les opérateurs n'ont pas la même stratégie et n'en sont pas au même stade du déploiement de la fibre optique.

En juillet 2019, Orange était le plus avancé avec 13,5 millions de foyers éligibles à la fibre optique, devant Free avec 11,5 millions de prises raccordables et Bouygues Telecom avec 9,1 millions de foyers éligibles. Pas de chiffre officiel pour SFR mais on estime à 5 millions le nombre de foyers raccordables. Pendant longtemps, en effet, l'opérateur a fait le choix de privilégier le câble et a donc pris du retard dans le déploiement de la fibre optique.

Plusieurs cas de figure sont possibles. Dans les 106 plus grandes villes, chaque opérateur doit déployer son propre réseau fibre optique. Mais tous ne l'ont pas encore fait partout. À Toulon, par exemple, Bouygues Telecom n'a pas encore commencé à déployer la fibre. C'est différent partout ailleurs, où le réseau fibre optique est mutualisé. C'est à à dire qu'il est déployé par un opérateur et que les autres ont le choix de venir se greffer dessus, ou pas.  Pour commercialiser leurs offres, ils doivent payer un loyer à l'opérateur qui a déployé le réseau fibré.

Voilà pourquoi, d'une ville à l'autre, d'un quartier à un autre, tous les opérateurs ne commercialisent pas forcement des abonnements à la fibre. Pour savoir quelle est la situation à votre adresse, il vous suffit de faire un test d'éligibilité à la fibre optique.

Pourquoi ne peut-on pas toujours choisir son opérateur fibre ?

Dans les zones très denses, c'est à dire les plus grandes villes, comme dans les zones moins denses d'initiative privée, c'est à dire les villes de taille moyenne, 16% des foyers éligibles à la fibre optique n'ont pas le choix de l'opérateur commercial FTTH, parce qu'il n'y en a qu'un qui commercialise des offres. Tous les autres ont le choix entre 2,3, 4 opérateurs ou plus.fibre-choix-operateur

Dans les zones moins denses, là où la fibre est déployée par des réseaux d'initiative publique, c'est à dire en milieu rural ou dans les villes de petites tailles, 71% des foyers éligibles à la fibre optique n'ont pas le choix parmi les principaux opérateurs FTTH (Orange, Free, Bouygues Telecom et SFR). Il n'y en a qu'un, Orange ou SFR le plus souvent 18% ont le choix entre deux FAI, et 11% entre trois. C'est à dire que dans ces zones moins denses d'initiative publique, les quatre opérateurs principaux  ne sont pas tous présents sur un même réseau. En revanche, les FAI de proximité comme Coriolis, K-Net, Nordnet, OVH Télécom, Ozone, Vialis, Videofutur ou Wibox.