L'Europe et la Corée du Sud préparent conjointement la 5G

2 juillet 2014 à 10h54
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 17h22 -

La Commission Européenne et la Corée du Sud ont signé mi-juin à Séoul un accord de partenariat global pour développer ensemble les standards de la technologie 5G afin de coopérer sur la recherche et l'homogénéisation des normes et fréquences utilisées. Souvenez-vous, en décembre 2013, la Commission Européenne annonçait de son côté la création d'un fond d'investissement de 700 millions d'euros sur les 7 prochaines années afin d'aider au développement de la technologie 5G, un projet faisant partie du programme européen appelé Horizon 2020. Ce dernier est doté d'une enveloppe de 80 milliards d'euros pour aider à la recherche et à l'innovation dans l'ensemble des secteurs pour permettre à l'Europe de se développer. Les deux parties travailleront également à l'organisation d'un appel coordonné portant sur des propositions de projets de recherche, qui sera lancé en 2016. Ces fonds publics de l'Union Européenne devraient susciter des investissements privés qui pourraient voir ces 700 millions multipliés par 5, pour atteindre plus de 3 milliards d'euros afin de promouvoir cette technologie 5G par des acteurs du secteur privé. Un protocole d'accord sera signé entre l'association infrastructure 5G PPP de l'UE (qui compte notamment parmi ses membres Alcatel-Lucent, Atos, Deutsche Telekom, Ericsson, Nokia, Huawei, NEC, Orange Labs, Telecom Italia, Telenor, Telefonica…) et le Forum 5G de la Corée du Sud afin de coordonnées les développements.

5G Forum et 5G PPP

Des investissements massifs vers la 5G
De son côté, la Corée du Sud investit et coordonne ses recherche à travers le 5G Forum, ayant annoncé en début d'année un programme de plus d'un milliard d'euros pour le développement de la 5G d'ici 2020, dans un pays déjà largement en avance sur le déploiement de la 4G, alors qu'en France l'été devrait voire se développer la toute nouvelle 4G+. De nombreuses autres initiatives sont en cours en Chine, aux USA, au Japon… et d'autres intervenants privés majeurs sont impliqués sur de nombreux consortiums.

Ainsi, la société chinoise Huawei s'est engagée à accélérer ses activités de recherche en Europe, notamment au sein du Centre de Recherche Européen (ERC) basé à Munich. Membre du METIS, rassemblement européen pour la recherche, le centre Huawei ERC est au premier plan des recherches qui permettront de développer les composants technologiques clés de l'interface sans fil de la 5G. Huawei a déjà annoncé un investissement de son côté de plus de 445 millions d'euros sur les cinq prochaines années concernant la 5G. Huawei prévoit une mise sur le marché des réseaux 5G en 2020, ce qui permettra de délivrer 1 000 fois la capacité des réseaux mobiles actuels et d'atteindre des débits de pointe de plus de 10 Gbps.
Cette hyper-connectivité va révolutionner l'ensemble du secteur des TIC et fera émerger de nouvelles industries. Ce réseau ouvrira la voie au cloud-computing et l'explosion des objets connectés devraient permettre d'atteindre entre 50 et 100 milliards de connexions d'ici 2020. Des technologies qui passionnent les français, comme le montre de nombreuses études dont une très récente de Cisco.

La 5G, le réseau ultra haut débit mobile pour de nouveaux usages