Free Mobile utilisera le réseau 3G d'Orange

4 mars 2011 à 17h14
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h24 -

Après des mois d'incertitudes, Free Mobile a signé un accord d'itinérance avec Orange pour louer son réseau de téléphonie mobile.Du côté de Free Mobile, c'est le soulagement. Malgré l'obtention de la quatrième licence de téléphonie mobile fin 2009, le groupe Iliad (Free) était dans l'impasse. Le "trublion" se heurtait jusqu'à présent à Orange/SFR/Bouygues qui refusaient de louer leurs réseaux 3G.

Après quelques rumeurs sur des négociations entre Orange et Free Mobile sur le réseau 2G, la surprise est arrivée ce 2 mars lorsqu'un communiqué de presse commun a officialisé la signature d'un accord d’itinérance nationale mobile 2G élargi à la 3G.

Cet accord permet à Free Mobile d'accéder à l'intégralité du réseau GSM d'Orange en France métropolitaine dès lors que Free disposera d'une couverture réseau de 25% de la population (environ 3000 relais). Dès le début de l'année 2012, Free Mobile pourra ainsi commercialiser ses forfaits de téléphonie et d'Internet mobile sur l'ensemble du territoire.

Les appels et les données des futurs abonnés Free Mobile - couverts par des antennes Free - transiteront logiquement par le réseau du nouvel opérateur (essentiellement en zones très denses dans un premier temps).

En revanche, les clients Free Mobile, situés dans les communes non couvertes par Free, utiliseront de manière transparente les infrastructures déjà déployées par Orange. Pour rappel, l’engagement de la licence de Free l'oblige à déployer d’ici 2018 un réseau en propre couvrant au moins 90% de la population.

A l'instar de Bouygues et SFR, Orange souhaitait limiter sa coopération avec Free Mobile à l'obligation d'itinérance 2G. L'accès à la 3G étant alors hors de question. Pourquoi Stéphane Richard, le PDG d'Orange, a-t-il changé d'avis ?

Les raisons sont multiples et sont d'ordre stratégique, financier, et politique. L'accord avec Free Mobile devrait rapporter la modique somme d'un milliard d'euros à Orange dans les 6 prochaines années. Ces rentrées d'argent permettront donc à Orange d'amortir son réseau plus rapidement, mais aussi d'investir dans la 4G en déployant des équipements LTE.

Du point de vue stratégique, Orange mise aussi sur l'arrivée de Free pour gêner SFR et Bouygues. Compte tenu du positionnement de ce dernier, il est probable que le lancement de Free Mobile fragilise davantage Bouygues qui dispose, par ailleurs, d'une base d'abonnés nettement moins solide.

Enfin, il faut également tenir compte des aspects politiques et réglementaires du dossier. Etant donné que l'Etat demeure un actionnaire de premier plan d'Orange, le Gouvernement pourrait avoir fait pression sur France Télécom pour accélérer les négociations avec Free Mobile.

Sans oublier le fait que Xavier Niel (patron d'Iliad/Free) avait clairement manifesté son intention de lancer des actions judiciaires en cas de refus d'accord d'itinérance 3G.