L'ARCEP autorise les services 3G et 4G à bord des avions

18 juillet 2014 à 14h03
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h22 -

Une consultation publique avait été lancée du 25 mars au 11 avril 2014 par l'ARCEP, validée désormais pour introduire la possibilité de fournir des services 3G et 4G à bord des avions. L'ARCEP vient de publier sa décision fixant les conditions d'utilisation des services 3G et 4G dans l'espace aérien français, en complément des conditions déjà prévues depuis 2008 pour l'utilisation de fréquences 2G à bord des avions. Les compagnies aériennes auront ainsi la possibilité de fournir dans leurs avions des services 3G et 4G dans l'espace aérien français, dans le respect des règles de l'aviation civile, à une altitude supérieure à 3000 mètres au-dessus du sol, comme nous l'évoquions déjà au mois d'avril. Chaque compagnie aérienne aura le choix de proposer effectivement de tels services, et choisira le cas échéant le tarif auquel ces services seront proposés en vol. Pour le moment, cette décision autorise les systèmes 2G et 4G dans la bande de fréquence 1800 MHz et les systèmes 3G dans la bande 2100 MHz. A noter que pour la 4G, seul Bouygues Télécom est pour le moment habilité à proposer ce service sur cette fréquence.

Une homogénéisation européenne
En application de son mandat, la Conférence européenne des administrations des postes et télécommunications (CEPT) avait produit, le 8 mars 2013, un rapport concluant qu’il serait envisageable de permettre le fonctionnement des services MCA, sous certaines conditions, grâce aux technologies LTE et UMTS respectivement dans les bandes 1800 MHz et 2,1 GHz. A la suite de ce rapport, la Commission européenne avait adopté, le 12 novembre 2013, la décision 2013/654/EU, modifiant la décision 2008/294/CE précitée, dans le but de prendre en compte les recommandations formulées par la CEPT visant à élargir le cadre harmonisé aux technologies UMTS et LTE, et à permettre aux services MCA d’utiliser les bandes de fréquences 1800 MHz et 2,1 GHz.
Il est à noter que les services de communications mobiles à bord des aéronefs permettront aux passagers des compagnies aériennes d'utiliser des réseaux publics de communications en vol sans établir de connexion directe avec des réseaux mobiles terrestres. Il reste maintenant aux compagnies aériennes de proposer des solutions, et de voir quelles seront les tarifications et les limitations imposées aux usagers.

3G et 4G à plus de 3000 mètres du sol

Certaines compagnies aériennes (Vueling par exemple, ou en test aussi chez Air France) proposent déjà de l'Internet via Wi-Fi à bord de leurs avions, une solution plus simple à gérer que d'éventuels appels téléphoniques. Ces derniers risquent de poser un réel problème dans un espace aussi confiné. Quand on expérimente déjà certains excès à bord des transports publics (train, bus…), on a du mal à envisager comment la gestion des appels va pouvoir être réglementée, simplement d'un point de vue tranquillité pour l'ensemble des passagers dans la cabine.