4G : avant de regarder les prix, regardons la couverture !

4 décembre 2013 à 13h05
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h23 -

Le lancement de la 4G de Free hier a remué le monde des télécoms, avec un prix défiant toute concurrence. Mais avant de sauter sur cette occasion, deux ministres conseillent de consulter les cartes de couverture des opérateurs.Pour éviter toute mauvaise surprise, les ministres Fleur Pellerin et Benoît Hamon ont invité les abonnés à regarder de près les cartes de couverture disponibles sur les sites des opérateurs. Bien que Free devance largement ses concurrents sur le plan tarifaire, il reste toujours en queue de peloton quant au déploiement de son réseau 4G.

L'Agence Nationale des FRéquences (ANFR) a publié son observatoire des déploiements de réseau mobile au 1er décembre 2013. Elle confirme ainsi l'annonce de Free qui a mis en service 700 antennes 4G sur l'ensemble du territoire, et 1445 autres sont en attente d'ouverture. Le quatrième opérateur peut espérer rattraper SFR qui possède 1013 supports 4G en service, mais ne pourra pas atteindre le niveau d'Orange et de Bouygues Telecom, qui ont respectivement 3879 et 5392 antennes fonctionnelles.

anfr nombre antennes 4g decembre 2013

La deuxième difficulté pour Free est qu'il ne peut à l'heure actuelle ouvrir son réseau que sur la bande de fréquences 2.6GHz. Les autres opérateurs ont gagné l'acquisition de la bande des 800 MHz, plus efficace sur des zones rurales et à l'intérieur des bâtiments, car les fréquences basses traversent plus facilement les obstacles. Bouygues Telecom possède un second avantage en profitant de son droit d'utiliser la bande des 1800 MHz.

Pour pallier cette difficulté, Free possède quelques cartes en main. Il a commencé par demander à SFR et Bouygues Telecom de s'insérer dans leur accord de mutualisation. Pour l'instant, restée sans réponse, sa lettre avait pour objectif premier de déstabiliser les deux opérateurs en les menaçant de poursuite en justice. Mais elle essayait aussi d'attirer l'attention d'Orange pour l'inciter à lui proposer un nouveau contrat d'itinérance et ainsi éviter de se retrouver seul contre trois.

Lors de l'attribution des licences 4G, Free a également obtenu le droit de signer un accord d'itinérance avec SFR (qui a reçu deux blocs de fréquence dans la bande des 800MHz). Cependant, l'Arcep avait précisé que l'itinérance devra concerner "la couverture d'une zone de déploiement prioritaire, constituée des zones les moins denses du territoire". De plus, il faudra que le quatrième opérateur bénéficie d'une couverture de 25% de la population avec son réseau sur bande 2.6GHz, avant de mettre en vigueur cet accord. Or aujourd'hui, difficile de savoir où il en est, car bien qu'il ait annoncé 700 antennes ouvertes couvrant 1000 communes, le pourcentage de la population pouvant bénéficier de son réseau 4G reste inconnu.

Comme suggéré par les ministres, nous avons choisi de comparer les zones de couverture des opérateurs sur deux villes choisies au hasard : Toulon et Dijon.

Couverture 4G de Touloncouverture 4g de la ville de toulonLa comparaison de ces quatre cartes montre clairement le retard de Free sur une grand partie de la ville, alors que SFR la couvre quasi entièrement, et beaucoup plus largement pour Bouygues et Orange. En choisissant l'offre de Free, les Toulonnais risquent donc de capter plus souvent le réseau 3G et que le très haut débit mobile.

Couverture 4G de Dijoncouverture 4g de la ville de dijonSur Dijon le constat diffère. Bouygues Telecom arrive en pôle position couvrant la ville complètement. Free talonne son concurrent avec seulement une petite zone au nord-ouest et une autre vers le sud-est qui apparaissent comme exclues du réseau 4G. En troisième place, SFR couvre essentiellement le quart ouest de Dijon. Et enfin Orange ne présente aujourd'hui aucune zone de la ville couverte par la 4G, mais l'opérateur annonce qu'elle devrait l'être dans le courant du mois.

Même si nous nous sommes intéressés à seulement deux villes dont la population varie entre 150000 et 200000 habitants, elles sont le reflet de ce que les mobinautes devront étudier avant de signer un abonnement 4G chez tel ou tel opérateur.