SFR accélère sur la 4G

25 novembre 2013 à 13h41
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 17h23 -

SFR poursuit le déploiement de son réseau 4G et devrait couvrir près de 800 communes supplémentaires d'ici le mois prochain.Doucement mais surement, l'opérateur SFR allume ses antennes 4G aux quatre coins de la France. Ces derniers jours, SFR a ainsi annoncé l'extension de son réseau 4G à la "petite couronne parisienne" ainsi qu'aux agglomérations de Brest, Clermont-Ferrand, Dijon, Le Mans, Troyes et Nantes.

Ainsi depuis le mosi dernier, plus de 70% des antennes mobiles de Nantes et son agglomération (Orvault, Saint Herblain, Rezé...) sont désormais "4G Ready". La quasi totalité le sera d'ici la fin de l'année. Le déploiement de la 4G est plus lent chez SFR mais l'opérateur assume une stratégie différente de celle de ses concurrents.

D'un côté, SFR privilégie la fréquence 800Mhz qui "permet une meilleure couverture à l'intérieur des bâtiments et une meilleure portée". Et de l'autre, l'opérateur en profite aussi pour rénover systématiquement ses sites en basculant ses équipements 3G sur des fréquences UMTS 900Mhz plus performantes et jusqu'à présent surtout utilisées pour la téléphonie GSM.

Couverture 4G de SFR au 1er novembre 2013
A Nantes, nous avons pu tester la 4G en grimpant dans le Bus SFR stationné au pied de la Tour de Bretagne en plein centre-ville. Nous ne reviendrons pas sur la vitesse des débits (mesurée à 85 Mbit/s en réception et 20 Mbit/s en upload), elle est bien entendu "bluffante".

La véritable révolution de la 4G tient dans l'instantanéité des usages et le confort qu'apporte le très haut débit mobile au quotidien. Nous avons ainsi pu comparer différents services sur deux smartphones similaires, l'un connecté en 3G+ et l'autre en 4G.

D'un côté, en 3G, la connexion est suffisante pour les usages basiques (emails, web...) mais dès que les besoins en bande passante augmentent, il faut s'armer de patience (temps de chargement....). Et de l'autre, en 4G, on bascule dans l'immédiateté. On est même presque surpris tellement on est habitué à attendre : un jeu Gameloft s'installe en quelques secondes, un album de "M" est enregistré dans une playlist Napster en un clic, une vidéo Youtube démarre sur le champ sans saccade...

Sans oublier les programmes TV en haute définition depuis l’application SFR TV. Et l'on ne parle pas de la haute qualité (HQ) encodée à 750 Kbit/s, mais bel et bien de HD telle que l'on en profite à la maison sur son téléviseur.

Au risque d'être taxé d'angélisme, on se rend compte qu'il y a un avant et un après 4G. Bien entendu, tout le monde ne basculera pas sur ces nouveaux réseaux en quelques mois. Les forfaits mobiles 4G sont plus chers et l'achat d'un smartphone compatible reste encore un frein. Mais, à l'instar de la fibre optique par rapport à l'ADSL, la 4G apporte incontestablement un véritable confort face à la 3G, y compris en zone de couverture H+ où théoriquement les débits sont doublés (jusqu'à 42 Mbit/s)