Free booste la 3G de ses abonnés avec sa Femto

20 juin 2013 à 18h44
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h23 -

Les abonnés Freebox Revolution peuvent dès aujourd'hui commander leur Femtocell pour améliorer leur connexion 3G à la maison.Free a annoncé ce matin la mise à disposition pour les abonnés Freebox Revolution d'un boîtier femtocell. En l'insérant directement dans la box, le Femto Free servira de mini-relais 3G, idéal pour celles et ceux qui ne captent pas très bien chez eux. Pour l'obtenir, il suffit d'en faire la demande depuis l'interface abonné Freebox (free.fr > rubrique « Mon compte »). Le Freenaute devra seulement s'acquitter des frais d'envoi de 10€.

Free ne fait que rattraper son retard, puisque les trois autres opérateurs proposent également cet outil à leurs abonnés. SFR offre gratuitement (49€ remboursés) son boitier femtocell à ses abonnés mobile, et la met à disposition pour les clients RED pour 99€. Bouygues Telecom propose également le Femtocell gratuitement, mais l'abonné doit justifier avoir des difficultés à capter le réseau à l'intérieur de son domicile. Orange qui avait aussi cette condition, a lancé le 13 juin un nouvel amplificateur de réseau disponible sur simple demande. Seuls les abonnés Open et Origami peuvent l'obtenir et ils seront facturés 79€.

A la différence de ses concurrents, Free a développé une Femto discrète et simple à installer, qui ne nécessite ni branchement de câble ni activation particulière. Free se distingue aussi des autres opérateurs en permettant la connexion automatique d'un mobile Free à la Femto, dès que celui-ci s'approche d'une Freebox Révolution équipée. Chez Orange, SFR et Bouygues, il faut déclarer les utilisateurs, jusqu'à quatre maximum (neuf chez SFR). Par ailleurs, Free ajoute que "cette première génération de Femto Freebox sera amenée à évoluer à l’avenir pour répondre encore plus largement aux besoins des consommateurs et leur proposer des services innovants". Doit-on penser à la 4G ?

L'occasion d'étendre sa couverture 3G

Lorsque Free est arrivé sur le marché du mobile, il a conclu un contrat d'itinérance avec Orange. Depuis, il loue les infrastructures 2G et 3G à l'opérateur historique. Seulement, comme l'a précisé l'ARCEP en mars dernier, l'itinérance ne dure qu'un temps. Free devra donc avoir son réseau autonome en 2018.

Mais Free investit-il suffisamment pour tenir ce calendrier ? L'observation de l'ANFR du 1er juin dernier montre une progression lente avec seulement environ 300 antennes mises en service dans les six derniers mois. Pour avoir une couverture 3G suffisante, Free devrait installer 10 000 antennes. Il en a aujourd'hui 2071 d'actives.

L'installation de Femtocells chez ses abonnés serait-elle la solution pour accélérer sa couverture 3G ? Pas pour l'ARCEP, dont le responsable de la communication Jean-François Hernandez déclarait récemment que les femtocells ne peuvent pas entrer dans le calcul du taux de couverture, dans la mesure où elles sont destinées à améliorer le réseau à l'intérieur des bâtiments. Le déploiement d'antennes mobiles reste indispensable pour couvrir l'ensemble de la population, sachant que l'amplificateur a une puissance trop faible pour assurer une action optimale à l'extérieur.