La fusion des opérateurs mobiles en France et en Europe

12 mars 2014 à 15h17
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h23 -

Alors qu'en France, on attend de savoir qui de Bouygues ou de Numericable rachètera SFR, chez nos pays voisins, le rapprochement d'opérateurs est aussi d'actualité.D'ici la fin de la semaine, Vivendi devra trancher entre Bouygues et Numericable pour le rachat de SFR. L'offre du câblo-opérateur semblait une solution tout à fait envisageable, dans la mesure où elle propose une complémentarité entre le réseau fixe et mobile. Pourtant, Bouygues Telecom est aujourd'hui porté favori, et cette victoire supposerait un retour à trois opérateurs, un peu plus de deux ans après l'arrivée de Free Mobile.

Ce rachat d'opérateurs n'est pas le premier en Europe. Depuis quelques années, les pays voisins ont également connu des offres de ce type. D'après un rapport de l'IDATE, ces mouvements s'expliquent par des chiffres d'affaires qui se sont effondrés ces dernières années : "le chiffre d'affaire des opérateurs des cinq principaux marchés européens (Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie et Espagne), a chuté de 12% fin 2008, alors que celui des opérateurs américains a dans le même temps gagné 4% par an". Les rapprochements deviennent ainsi indispensables, à l'heure où il faut investir dans la 4g et la fibre optique.

carte des cinq operateurs mobiles majoritaires en europe
Même si à première vue, la fusion d'opérateurs effraie la Commission Européenne, qui craint des conséquences sur le marché (hausse des prix et atteinte à la concurrence), l'Europe reste favorable à "une concentration des acteurs pour obtenir des groupes « transnationaux » capables de rivaliser avec leurs rivaux non européens et de proposer leurs services sur les mêmes bases réglementaires dans tous les pays de l'Union". Le rapport de l'IDATE affirme effectivement que "la consolidation sur les marchés européens va se poursuivre et s'étendre progressivement, d'abord vers des formes d'intégration de plus en plus fortes aux plans nationaux, puis élargir leur périmètre vers des mouvements transfrontières, à terme pan-européens".

Pays-Bas
Dès 2007 aux Pays-Bas, la Commission Européenne a donné son accord pour le projet d'acquisition d'Orange Netherlands par T-Mobile Netherlands (détenu par Deutsche Telekom). Jugeant Orange comme un concurrent peu agressif, la nouvelle entreprise née de cette fusion a pu laisser les autres opérateurs KPN et Vodafone en situation de concurrence.

Autriche
L'Autriche a également connu un retour à trois opérateurs en 2012, avec l'acquisition de Orange par Hutchison 3G. La Commission Européenne, d'abord réticente au projet, a finalement donné son feu vert, lorsque Hutchison 3G a ajouté des conditions de rachat : cession des radiofréquences et assurance d'un accès de gros à son réseau. Il reste aujourd'hui face à lui A1 (Telecom Austria) et T-Mobile (Deutsche Telekom). Toutefois la perte d'un acteur dans le paysage autrichien des télécoms a engendré une hausse des factures au dernier trimestre 2013. Le revenu moyen par utilisateur (Arpu) est passé de 6 à 11%. Une augmentation relativisée toutefois par une étude HSBC, qui estime que seules les entrées de gamme ont été revalorisées car "les niveaux de prix étaient trop bas pour être durables".

Royaume-Uni
Cette même année, la Commission Européenne a aussi donné son accord au projet de concentration d'Orange et de T-Mobile au Royaume-Uni. Face à une guerre des prix intense, les deux opérateurs ont souhaité s'associer. De la même façon, pour obtenir cette validation, il a fallu modifier l'accord de partage du réseau existant et céder un quart du spectre dans la bande des 1800 MHz. La concurrence reste ainsi de mise, avec des tarifs abordables, mais légèrement plus chers qu'en France.


EE
4GEE 21 Plan
Appels 24/24 + SMS illimités + 500Mo
19.20€ (16£)
4GEE 36 Plan
Appels 24/24 + sms illimités + 5Go
37.20€ (31£)

Vodafone
Red Sim Only 900
900 min + SMS illimités + 500Mo
15.60€ (13£)
Red Sim Only Unlimited
Appels 24/24 + sms illimités + 5Go
37.20€ (31£)

O2
O2 Sim only 500Mo
500 min + sms illimités + 500Mo
16.80€ (14£)
O2 Unlimited 5Go
Appels 24/24 + sms illimités + 5Go
30€ (25£)

Three
Essential Internet SIM200
200 min + 5000 sms + 500Mo
8.30€ (6.90£)
Essential Internet SIM600
600 min + 5000 sms + 1Go
11.90€ (9.90£)


Allemagne
Ca bouge aussi du côté de l'Allemagne. Le pays compte aujourd'hui quatre opérateurs mobiles : T-Mobile (Deutsche Telecom), Vodafone, O2 (Telefonica) et E-Plus (KPN). En octobre 2013, O2 a proposé une enveloppe de plus de 8 milliards d'euros pour acquérir E-Plus. Cette fusion permettrait d'accueillir un acteur plus gros face aux deux imposants T-Mobile et Vodafone. Mais encore une fois, la Commission Européeene émet des réserves et se donne jusqu'au 14 mai pour rendre sa décision. Les prix des forfaits mobiles en Allemagne dépassent largement ceux pratiqués en France.




T-Mobile
Complete Confort S
100 min + appels 24/24 vers un réseau + sms illimités + 500Mo
27.96€
Complete Confort XXL
Appels 24/24 + sms illimités + 5Go
79.96€

Vodafone
Red S
Appels 24/24 + sms illimités + 500Mo
39.99€
Red L
Appels 24/24 + sms illimités + 4Go
79.99€

E-Plus
Base Smart
100 min + appels 24/24 vers un réseau + 100 sms + 200Mo
10€
Base All-In Plus
Appels 24/24 + sms illimités + 2Go
40€

O2
Blue All-In M
Appels 24/24 + sms illimités + 500Mo
29.99€
Blue All-In L
Appels 24/24 + sms illimités + 2Go
39.99€


Irlande
Le même scénario se dessine également en Irlande, où deux des quatre opérateurs présents souhaitent également se rapprocher. La Commission Européenne doit statuer avant le 24 mars prochain, pour savoir si l'acquisition de Telefonica Ireland par Hutchison 3G (Three Ireland) ne déséquilibrera pas le marché de la téléphonie mobile. Elle craint par ailleurs que la nouvelle entité ne poursuive plus efficacement l'accord de partage de réseau avec Eircom, et pourrait ainsi l'empêcher de livrer une concurrence efficace, face à ce nouveau géant et à Vodafone.


Italie
Du côté de l'Italie, on a aussi réfléchi à une concentration d'opérateurs en 2013 : Hutchinson 3G (3 Italia) était intéressé par Telecom Italia. Toutefois, les négociations n'ont pas abouti, et l'Italie dispose toujours aujourd'hui de quatre opérateurs.




TIM
Special Start
200 min + 200 sms + 2Go
20.16€
Special Large
600 min + 600 sms + 2Go
25.16€

Vodafone
Smart 200
200 min + 200 sms + 1Go
20.06€
Smart 200 (+option)
700 min + 700 sms + 2Go
33.06€

Wind
All inclusive
250 min + 250 sms + 2Go
17.16€
All inclusive Big
550min + 550 sms + 3Go
25.16€

Tre
All In Small
200 min + 200 sms + 2Go
15.16€
All In Large
800 min + 800 sms + 2Go
25.16€


Espagne
En Espagne, la récession a bouleversé le marché du mobile, et les utilisateurs se sont tournés vers les opérateurs les moins chers. Telefonica et Vodafone ont ainsi perdu des parts de marché, au bénéfice d'Orange et Yoigo. Les tarifs pratiqués sont sensiblement plus chers qu'en France.




Movistar
Movistar Veinte
250 min + 500 sms + 1Go
24.20€
Movistar total
Appels 24/24 + sms illimités + 1.5Go
42.35€

Vodafone
Smart S
200 min + 0.12/sms + 600Mo
18€
Red L
Appels 24/24 + sms illimités + 2Go
42€

Orange
Delfin 16
150 min + 1000 sms + 1Go
24.20€
Ballena 35
Appels 24/24 + sms illimités + 1.5Go
42.35€

Yoigo
Inifnita 20
Appels 24/24 + 0.12/sms + 500Mo
24.20€
Infinita 35
Appels 24/24 + 0.12/sms + 2Go
42.35€


Grèce
Au début du mois, la Grèce vient de connaître un nouveau mouvement dans son secteur des télécoms. Vodafone-Panafon et Wind Hellas se sont rapprochés et ont lancé le 10 mars une nouvelle société : Victus Networks A.E. Cet opérateur devient le seul concurrent de l'historique Cosmote. Avec seulement deux acteurs, les Grecs espèrent une baisse des prix, car les forfaits actuels restent élevés par rapport aux autres pays européens.


Par ailleurs, des mouvements de rachat s'organisent entre les opérateurs mobiles et les fournisseurs d'accès internet. En Allemagne, Vodafone a racheté le câblo-opérateur Kabel Deutschland. En janvier 2013 au Portugal, l'opérateur mobile Optimus a fusionné avec le câblo-opérateur Zon, qui est devenu ainsi le deuxième acteur du secteur derrière Portugal Telecom. Un même scénario se dessine en Espagne, où Vodafone espère racheter le câblo-opérateur Ono. Verra-t-on le même film se dérouler en France, avec l'offre de Numericable pour le rachat de SFR ? Malgré le succès que remporte le scénario de Bouygues, le PDG de Numericable croit encore à son projet de créer un "champion du très haut débit".