Hausse de prix sur les forfaits mobiles : peut-on y échapper ?

Pourquoi le prix forfait mobile augmente et comment y echapper
3 octobre 2019 à 17h04
- Mis à jour le 11 octobre 2019 à 17h03 -

Les opérateurs serrent la vis sur les tarifs de leurs forfaits téléphoniques. On vous explique pourquoi et ce que vous pouvez faire pour contenir votre facture mobile.

Bouygues Telecom, RED, et maintenant Free : un à un, les opérateurs mobiles ont augmenté leurs tarifs ces derniers jours. Cela se traduit essentiellement par des forfaits en promo moins alléchants, ces "séries limitées" désormais proposées quelques euros plus cher qu'auparavant. Signe que les quatre grands de la téléphonie renoncent provisoirement à la guerre des prix, pour soigner leur santé financière. Conséquence : moins de bonnes affaires pour souscrire un nouveau forfait, et une vigilance toujours de mise pour échapper aux hausses de tarif en cours d'abonnement.

Forfait mobile : pour quelques euros de plus...

Ca n'est pas grand chose mais c'est symbolique. Bouygues Telecom a lancé la semaine dernière de nouveaux abonnements sans engagement sous marque B&You, dont le moins cher coûte 11,99 euros par mois. L'opérateur a ainsi allègrement franchi le "seuil psychologique" des 10 euros par mois. C'est-à-dire le tarif sur lequel se calaient depuis de nombreux mois la plupart des forfaits mobiles incluant 40 à 60 Go. 

La marque à bas coût RED de SFR n'a pas tardé à lui emboîter le pas, en relevant elle aussi de deux euros le prix de son forfait sans engagement le moins cher il y a quelques jours. De son côté, Sosh a choisi de conserver un tarif de 10 euros par mois (pendant un an), mais pour seulement 20 Go d'Internet mobile. Enfin, Free vient de décider de relever d'un euro le tarif de sa série limitée 60 Go, qui passe désormais à 9,99 euros par mois la première année.

Prix des forfaits mobiles : en hausse en 2019

Les opérateurs mobiles soignent leurs finances

On est loin des offres mobiles à 5 euros par mois sans limite de durée dégainées en 2018 au plus fort de la guerre des prix. Des abonnements que les consommateurs se sont arrachés comme des petits pains, mais qui ont plombé la rentabilité des opérateurs. Mais on est loin, aussi, des tarifs pratiqués chez nos grands voisins européens, aux Etats-Unis ou encore au Japon, où l'on peut difficilement espérer de telles enveloppes de 4G pour 10 euros par mois. 

Du point de vue de Bouygues, SFR, Orange et Free, il n'est donc pas délirant de demander un peu plus aux consommateurs pour un matelas confortable de 4G. De quoi leur permettre d'assainir quelque peu leurs bilans, alors qu'ils doivent lourdement investir pour remplir un engagement phare : généraliser la 4G pour tous les Français d'ici un an. Et ainsi permettre à tous leurs abonnés de profiter réellement des dizaines de gigas de leurs forfaits... Sans parler de l'achat des futures fréquences 5G, attribuées cet automne, et du déploiement du nouveau standard mobile. Des impératifs qui priment aujourd'hui sur la bataille des parts de marché. 

Les petits opérateurs s'engouffrent dans la brèche du forfait pas cher

Les prix augmentent chez Bouygues, SFR, Free ou Orange ? Une aubaine pour les opérateurs virtuels, ou MVNO, qui font assaut en ce moment d'offres à prix défiant toute concurrence. 2€/mois pour 20 Go, 3€ pour 30 Go, 5€ pour 60 Go... Les marques Cdiscount Mobile, Auchan Telecom et NRJ Mobile de l'opérateur Euro Information Telecom multiplient depuis plusieurs les forfaits pas chers, vraiment pas chers. Avec une contrepartie : des tarifs ultra serrés valables seulement pendant six mois, et qui triplent ou quadruplent ensuite.

Les chasseurs de promos rompus aux changements d'opérateur y trouveront leur compte. Pas forcément les consommateurs souhaitant conserver un coût fixe à long terme pour leur abonnement mobile... Notons en outre que ces forfaits restent bridés en 4G jusqu'à 150 Mb/s, là où les grands opérateurs nationaux promettent plusieurs centaines de Mb/s en 4G+, dans les zones couvertes bien sûr.

Forfait pas cher en octobre 2019

Autre solution trouvée par Prixtel, le spécialiste des forfaits ajustables : des mensualités mini, à partir de 5 euros par mois, pour des quotas d'Internet mobile plus restreints, 5 ou 10 Go. Une alternative pour les utilisateurs ne consommant qu'une poignée de gigas chaque mois, et qui n'ont donc pas besoin d'un forfait plus musclé et plus cher. Avec une limite, là aussi : un tarif valable seulement un an. De quoi voir venir, mais au bout de 12 mois, l'offre ne sera plus aussi avantageuse.

Forfait mobile en cours : attention aux hausses de prix en catimini

Il est donc un peu moins intéressant de souscrire un nouveau forfait mobile aujourd'hui qu'il y a un an, en particulier chez les principaux acteurs du marché que sont Bouygues Telecom, Free, SFR et RED ainsi qu'Orange et Sosh. Mais les hausses de prix récemment constatées ne concernent que les offres que l'on souscrit en tant que nouveau client. Les abonnés existants à un forfait mobile sont a priori à l'abri d'une hausse de la facture. Si elle survenait, ils devraient en être avertis par leur opérateur, et auraient ensuite un délai de plusieurs mois pour résilier leur contrat sans frais.

Cela n'exclut pas d'être vigilant : certains opérateurs s'attirent régulièrement les foudres de leurs abonnés en ajoutant d'autorité à leur contrat mobile ou box des options facturées 2, 3 voire 5 euros supplémentaires chaque mois. Par exemple quelques dizaines de gigas en plus, des appels illimités ou encore un service TV additionnel... Un procédé limite dont usent les opérateurs pour gonfler leur revenu par abonné. Bien sûr, on pourra toujours refuser une telle évolution, en général en se rendant dans son espace client pour décocher la nouvelle option... à condition d'avoir vu passer l'information ! Une bonne raison pour garder un œil sur son contrat et ses factures. Ce qui permettra, accessoirement, de vérifier si l'on ne paie pas trop cher pour son forfait mobile, et s'il n'est pas temps de profiter d'une offre plus économique.