Amnésie numérique des mobinautes selon l'étude Kaspersky

15 juillet 2015 à 18h36
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h21 -

Si on se savait dépendant d'internet et du numérique, la toute récente étude de l'éditeur de solutions de sécurité Kaspersky a bien entendu pour but premier de faire froid dans le dos pour mettre en avant ses solutions. C'est plutôt réussi... Kaspersky Lab a mené une enquête auprès de 6 000 consommateurs âgés de 16 ans ou plus, dans six pays européens. Les résultats dévoile l’existence d'une véritable amnésie numérique parmi toutes les tranches d’âge, avec une répartition uniforme entre les deux sexes. Le constat est accablant : près de 58% des parents ne connaissent pas le numéro de téléphone de leurs enfants ! Sans aller jusqu'à dire comme certains que les smartphones nous font perdre la mémoire, ils constituent une solution de facilité qui est utilisée parfois de façon excessive. Et ce ne sont pas seulement les smartphones dans l’absolu, mais il faut reconnaître que nous sommes une grande majorité (86 % des personnes interrogées) à estimer que, dans un monde de plus en plus ultra-connecté, nous avons tellement de numéros, d’adresses, de codes, etc. à connaître que notre mémoire ne peut tous les retenir.

L’effet Google sur l’amnésie et l’assistanat à outrance
La dernière étude de KasperSky (« The rise and impact of Digital Amnesia: Why we need to protect what we no longer remember »), révèle que plus de la moitié des détenteurs de smartphones et de tablettes sont incapables de se souvenir du numéro de téléphone de leurs enfants, de leur école et même de leur conjoint pour un tiers d’entre eux !
Un effet Google-débilisant selon Kaspersky qui pointe l’impact sur notre mémoire d'un usage permanent de l'accès aux informations stockées et numérisées sur Internet et sur nos compagnons de poches. Toujours trouver les informations sur Internet s’étend aujourd’hui à nos informations personnelles essentielles conservées sur les mobiles.

Notre dépendance vis-à-vis des appareils nomades et du numérique

Connaissez-vous les numéros de téléphones de vos proches ?
Cette étude révèle notamment que la majorité des consommateurs européens connectés ne connaissent pas par cœur les numéros de téléphone de première importance dont ceux :
- de leurs enfants à 57 % (et 58 % pour la France)
- de leur école à 90 %
- de leur lieu de travail à 51 % (51,5% pour les Français)
- 43 % des 16-24 ans répondent en outre que leur smartphone contient à peu près tout ce qu’ils doivent savoir ou se rappeler

Pensez à sauvegarder vos données, photos...

Une Europe de l'oubli ou une évolution vers une mémoire 'collective' ?
En répondant aux questions sur l'impact sur la perte d'accès à ces données numérisées, 42 % des Français seraient totalement dévastés de perdre les données de leurs appareils mobiles car ils ne pourraient plus avoir accès à tous leurs souvenirs stockés dessus – 17,6 % seraient complètement paniqués par une telle éventualité. Qui n'a pas en effet ses codes d'accès, mot de passe et autres données sensibles mémorisées sur son smartphone ?
Pour Laurence Allard, Maître de conférences et Sociologue des usages innovant à l'Université Lille 3/IRCAV-Paris 3 : « le smartphone est également le support d'usages mémoriels et fait pour certains office de « prothèse cérébrale ».

Etude Kaspersky

71,9 % des Français déclarent même utiliser Internet comme une extension de leur cerveau, ce chiffre atteignant même 83 % chez les jeunes européens âgés de 16 à 24 ans. Microsoft, Google et Apple essayent d'introduire un identifiant/mot de passe unique pour accéder à tous ses services, avec désormais des solutions de lecteurs d'empreintes digitales, de reconnaissance faciale, vocale, parfois, le tout mélangé. L'idée est de proposer un accès unique à toutes ses données, comptes et services, mais avec toujours le risque d'un piratage ou d'un vol qui toucherait alors la totalité de ses données.

Etude Kaspersky