5G : dans quelles villes est-elle disponible et chez quels opérateurs ?

Bouygues, Free, Orange et SFR sont les quatre opérateurs qui déploient un réseau 5G en France
4 mars 2020 à 17h10
- Mis à jour le 15 janvier 2021 à 11h23 -

Le déploiement de la 5G va durer jusqu'en 2030. En outre, tous les opérateurs n'allument pas la 5G aux mêmes endroits et aux mêmes moments. Alors, quelles sont les villes couvertes en 5G, par quels opérateurs, et avec quelle qualité de service ?

[Mise à jour du 11 janvier] Depuis fin novembre, les quatre principaux opérateurs ont tour à tour activé la  5G. Depuis, Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR poursuivent le déploiement de leur réseau et, régulièrement, ils communiquent pour annoncer de nouvelles villes dans lesquelles ils ont activé la 5G. Le 11 janvier, c'est Bouygues Telecom qui a publié un communiqué de presse pour informer que, désormais, la 5G Bouygues était disponible à Clermont-Ferrand, Valenciennes, Grenoble, Orléans, Saint-Étienne et Cachan, ce qui porte à 25 le nombre de villes de plus de 70.000 habitants couvertes par la 5G Bouygues. Au 11 janvier, le nouveau réseau mobile de Bouygues est présent dans plus d'un millier de communes. Dans son communiqué, l'opérateur ne préciser quelle est le taux de couverture en 5G dans chacune de ces communes. En revanche, il précise que la 5G Bouygues est déployée dans la bande des 2,1 GHz et des 3,5 GHz, tout comme Orange et SFR, alors que Free a massivement déployé la 5G dans la bande des 700 MHz.

Cette information est importante. En effet, la 5G cache des réalités bien différentes selon les fréquences utilisées par les opérateurs. Avec de la 5G dans la bande des 3,5 GHz, la montée en débit est significative, alors qu'avec de la 5G dans la bande des 700 MHz, les utilisateurs n'ont droit qu'à une 4G améliorée mais avec une bonne couverture. Quant à la 5G dans la bande des 2,1 GHz, elle offre, selon les opérateurs, un bon compromis entre débits et couverture. 

Aussi, il est parfois difficile d'y voir clair et tous les opérateurs ne jouent pas tous le jeu pour aider les gens à s'y retrouver. En effet, les cartes 5G disponibles sur leurs sites sont, pour la plupart, incomplètes ou bien elles entretiennent la confusion. En outre, les opérateurs restent très discrets sur les débits qu'il est possible d'atteindre en 5G avec les différentes fréquences. En conséquence, le 15 décembre, l'association UFC-Que Choisir a mis en demeure les opérateurs de modifier leurs cartes 5G, "pour y indiquer de manière claire les différences de qualité (de réseau en 5G) selon les fréquences".

Ce qu'il faut retenir sur le déploiement de la 5G

Quels opérateurs déploient la 5G ?

Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR sont les quatre opérateurs qui déploient un réseau 5G. Ce qui ne veut pas dire que d'autres opérateurs ne pourront pas proposer des offres en 5G. Ils pourront en effet le faire, à condition de pouvoir utiliser le réseau de l'un des quatre gros opérateurs.

Quand la 5G sera-t-elle disponible ?

Le lancement officiel de la 5G a eu lieu le 18 novembre. Mais, les opérateurs sont libres d'activer leur réseau 5G où et quand ils le souhaitent. SFR a été le premier à le faire, le 24 novembre, suivi par Bouygues, le 1er décembre, et Orange, le 3 décembre. Et seulement dans quelques villes. Quant à Free, il devrait activer son réseau 5G dans les semaines à venir mais avant la fin de l'année.

Où la 5G est-t-elle disponible ?

D'ici à la fin de l'année, les différents opérateurs auront activé la 5G dans la plupart des grandes villes et dans les communes de leur agglomération. Comme à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Montpellier, Bordeaux, Nice... Pour suivre le plus précisément possible le déploiement de la 5G, vous pouvez consulter notre carte des villes couvertes en 5G.


La France a donné le coup d'envoi de la 5G, le 18 novembre. C'est le point de départ de la course à la 5G. Le déploiement de la 5G est encadré par l'Arcep, le régulateur des télécoms, qui leur a fixé un certain d'obligations. C'est à dire qu'ils doivent remplir des objectifs de couverture, avec des temps de passage à respecter. Pour le reste, les opérateurs sont libres. Libres de choisir les villes dans lesquelles ils souhaitent activer la 5G. Libres, aussi, de choisir le timing. Libres, enfin, de choisir les fréquences 5G qu'ils souhaitent utiliser dans telle ville ou dans telle ville. Or, vous allez le voir, le choix des fréquences est déterminant dans la qualité d'un réseau 5G, notamment en matière de débit. Résultat : d'une commune à une autre, la couverture et les débits en 5G ne sont pas forcément les mêmes.

Voilà pourquoi il est si difficile de savoir dans quelles villes la 5G est-elle disponible, chez quels opérateurs, mais aussi avec quelles fréquences. Or, il est indispensable d'avoir toutes ces informations au moment de choisir un forfait 5G. Pour éviter d'avoir une mauvaise surprise et de se retrouver avec de la "fausse 5G". C'est pourquoi nous avons pris le temps d'y répondre.

Quels sont les opérateurs qui déploient la 5G ?

En France, quatre opérateurs, Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR, ont participé au processus d'attribution des fréquences de la 5G, organisé par l'Arcep, le régulateur des télécoms, au cours duquel ils ont chacun pu acheter des blocs de fréquences dans la bande des 3,5 GHz. Cela veut dire que les quatre opérateurs historiques sont les seuls à pouvoir déployer leur propre réseau 5G. Ils ont d'ailleurs commencé à le faire il y a plusieurs mois et ce déploiement va se poursuivre sur plusieurs années. Au moins jusqu'en 2030.

Néanmoins, cela ne veut pas dire que d'autres opérateurs ne pourront pas commercialiser des forfaits 5G. En effet, "l'accueil des MVNO en 5G" fait partie des contraintes imposées par l'Arcep. C'est à dire que NRJ Mobile, Prixtel, Coriolis et autres pourraient proposer des offres 5G si ces opérateurs trouvent un accord avec Bouygues Telecom, Free, Orange ou SFR.

Déployer un réseau mobile 5G, cela implique pour les quatre opérateurs d'installer des antennes 5G. Pour cela, ils font appel à des équipementiers télécoms, comme Nokia ou Ericsson.


Depuis quand la 5G est-elle disponible?

En France, le réseau mobile 5G a officiellement été lancé le 18 novembre. C'est à dire que depuis le 18 novembre, Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR sont libres d'activer leur réseau 5G, permettant ainsi aux clients qui ont souscrit un forfait 5G de profiter de la 5ème génération de téléphonie mobile là où les opérateurs ont activé des antennes.

Le premier à l'avoir fait est SFR. L'opérateur a activé son réseau 5G le 24 novembre. Il a été imité par Bouygues Telecom, le 1er décembre, puis par Orange, le 3 décembre. Quant à Free, il a allumé la 5G le 15 décembre.

Vous l'avez compris, les opérateurs n'ont pas activé leur réseau 5G en même temps, ni aux mêmes endroits. Le déploiement de la 5G se fait de manière progressive et chaque opérateur a sa stratégie. Néanmoins, tous doivent respecter le calendrier imposé par l'Arcep, le régulateur des télécoms. En 2025, les zones urbaines et économiques devront être entièrement couvertes en 5G, soit les deux tiers de la population. Et l'objectif est d'avoir un réseau 100% 5G en 2030.

Quatre opérateurs, Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR, vont déployer leur réseau 5G.

Dans quelles villes la 5G est-elle disponible ?

Tous les opérateurs ont mis en ligne une carte de couverture mobile. Pour suivre le plus précisément possible le déploiement de la 5G, vous pouvez aussi consulter notre carte des villes couvertes en 5G. L'avantage de notre outil, c'est qu'il vous permettra de localiser, sur un même carte, les villes couvertes en 5G par SFR, Bouygues Telecom, Orange et Free.

Au 15 décembre, voici un état des lieux du déploiement de la 5G opérateur par opérateur :

  • SFR, qui est la premier à avoir activé son réseau, le 24 novembre, couvre déjà 50% de la ville de Nice en 5G. Et, d'ici à la fin de l'année, le réseau 5G de SFR sera disponible dans plus de 120 communes des agglomérations de Bordeaux, Marseille, Aix-en-Provence, Montpellier, Nantes, Nice, Paris et l'Ile-de-France.
  • Quant à Bouygues Telecom, il a déjà activé la 5G dans plus de 1.000 communes, dont 25 villes de plus de 70.000 habitants : Lyon, Nice, Cannes, Montpellier, Avignon, Reims, Le Havre, Toulon, Dijon, Villeurbanne, Le Mans, Aix-En-Provence, Boulogne-Billancourt, Metz, Versailles, Saint-Denis, Argenteuil, Rouen, Montreuil, Nancy, Marseille, Clermont-Ferrand, Grenoble, Orléans et Saint-Etienne. En outre, l'opérateur ambitionne d'avoir "une couverture nationale fin 2021".
  • Orange, de son côté, a activé son réseau 5G, dans plus de 160 communes des agglomérations de Nice, Marseille, Montpellier, Toulouse, Pau, Angers, Le Mans, Lens, Douai, Marcq-en-Baroeul, Mulhouse, Clermont-Ferrant, ainsi que dans de nombreuses villes d'Ile-de-France en périphérie de Paris. Orange précise qu'une commune est considérée comme couverte en 5G lorsque 80% de la population peut y accéder en extérieur. 
  • Free, enfin. Comme attendu, l'opérateur a marqué les esprits, le 15 décembre, en activant la 5G dans plus de 7.700 villes. Impossible de les citer toutes. Parmi les villes les plus importantes où l'opérateur a activé la 5G, on retrouve les villes de : Toulouse, Lyon, Montpellier, Strasbourg, Aix-en-Provence, Brest, Bourges, Angers, Le Mans, Saint-Denis, Nanterre, Beauvais, La Rochelle, Dijon, Grenoble, Nancy, Le Havre, Perpignan, Pau, Grenoble, Biarritz, Bayonne, Cannes, La Rochelle, Brest, Saint-Étienne, Lens, Clermont-Ferrand, Toulon.

Attention à la "fausse 5G" dans certaines villes

Les opérateurs télécoms ont le droit de faire de la 5G dans plusieurs fréquences. Il y a tout d'abord la bande des 3,5 GHz, attribuée en exclusivité au nouveau réseau mobile. Il y a ensuite les fréquences de la 2G, 3G et 4G, et notamment les bandes des 700 MHz et 2,1 GHz, que les opérateurs peuvent faire basculer en 5G.

À partir de là plusieurs cas de figure sont possible : la 5G dans les 3,5 GHz, la 5G dans les 2,1 GHz, la 5G dans la bande des 700 MHz, ou encore de la 5G en agrégation de fréquences, c'est à dire en utilisant par exemple deux bandes de fréquences, les 3,5 GHz et les 2,1 GHz, par exemple.

Le dernier observatoire du déploiement de la 5G, en date du 14 janvier, publié par l'Arcep, le régulateur des télécoms, permet d'ailleurs de faire un état des lieux sur le choix des opérateurs en matière de 5G. Il est important de préciser qu'il s'agit d'un état des lieux à un instant t.

  • Free a obtenu des autorisation pour équiper  5.640 sites 5G en 700 MHz et 322 en 3,5 GHz,
  • Bouygues a obtenu des autorisation pour équiper 1.459 sites 5G en 2,1 GHz et 145 en 3,5 GHz,
  • Orange a obtenu des autorisation pour équiper 187 sites 5G en 2,1 GHz et 579 en 3,5 GHz,
  • SFR a obtenu des autorisation pour équiper 641 sites 5G en 2,1 GHz et 152 sites en 3,5 GHz.

On le voit, les opérateurs ne font pas tous le même choix en matière de fréquences. En outre, d'une ville à l'autre, voire même d'un site 5G à un autre, un opérateur va faire des choix de fréquences différents. Résultat, la 5G n'est pas un réseau homogène et elle cache des réalités bien différentes d'un opérateur à un autre, d'une ville à l'autre, en lien avec les fréquences que Bouygues, Free, Orange et SFR utilisent. Concrètement, les performances de la 5G ne sont pas les mêmes dans toutes les villes et chez tous les opérateurs.

Or, dans une ville, c'est le choix des fréquences qui sont utilisées qui déterminent les performances du réseau 5G d'un opérateur. En effet, plus les fréquences sont hautes, meilleurs sont les débits. Et, plus les fréquences sont basses, plus la couverture est bonne.

 

Toutes les villes couvertes en 5G ne le seront pas sur les mêmes fréquences

À en croire l'observatoire de l'Arcep, Free est le seul opérateur à avoir équiper des sites 5G en 700 MHz. Et, il l'a fait très massivement. Or, faire de la 5G dans la bande des 700 MHz, c'est à dire en utilisant les fréquences qui ont la plus grande portée, permet à Free de se vanter d'avoir "le plus grand réseau 5G de France", avec près de 40% de la population couverte en 5G.

Mais, de quelle 5G parle-t-on ? D'une "fausse 5G" ou d'une "5G au rabais", pour reprendre les termes de l'association UFC-Que Choisir. Car l'inconvénient de la 5G dans les 700 MHz, c'est que les débits sont équivalents ou à peine supérieurs à la 4G.

Les autres opérateurs n'ont pas fait le même choix que Free. En plus de la bande des 3,5 GHz, ils ont aussi décidé d'utiliser, à plus ou moins grande échelle, la bande des 2,1 GHz. D'ailleurs, Bouygues Telecom considère que c'est elle qui offre "le meilleur compromis" entre couverture et débits. Soit, mais avec de la 5G dans la bande 2,1 GHz, il y a une montée en débits, mais elle n'est pas aussi significative qu'avec de la 5G dans la bande des 3,5 GHz.

Résultat : les performances de la 5G sont très différentes d'une ville à une autre. Inquiète du déploiement de cette "fausse 5G", l'association UFC-Que Choisir a interpellé l'Arcep. En réponse, le régulateur des télécoms a demandé à chaque opérateur de produire sur son site internet une carte permettant de savoir quel type de 5G il utilise dans chaque ville couverte. L'objectif : éviter aux utilisateurs d'avoir de mauvaises surprises. Aujourd'hui, tous les opérateurs proposent une carte de couverture en 5G. Seulement, l'association de consommateurs s'indigne de leur "manque de transparence et de pertinence". Pour la plupart, elles sont incomplètes ou elles entretiennent la confusion, considère UFC-Que Choisir qui a décidé de mettre en demeure les opérateurs de modifier leurs cartes 5G, "pour y indiquer de manière claire les différences de qualité (de réseau en 5G) selon les fréquences". En effet, les opérateurs n'indiquent pas les débits qu'il est possible d'atteindre en 5G sur chaque site ni même dans chaque ville.

En attendant, avant de souscrire un forfait 5G, on vous conseille de regarder la carte de l'observatoire des réseaux mobiles qui détaille les fréquences 5G utilisées par les opérateurs dans votre ville.

5G : quelles sont les obligations des opérateurs ?

Le déploiement de la 5G est encadré par l'Arcep, le régulateur des télécoms, et les opérateurs doivent respecter le cahier des charges qu'il a fixé. Avec le gouvernement, l'Arcep a mis en place une feuille de route qui fixe les grandes lignes du déploiement du réseau mobile 5G.

Premier objectif "majeur" déterminé par le gouvernement : la "bonne couverture mobile" au bénéfice de tous les Français. Pour avoir un aperçu plus précis du cahier des charges imposé aux opérateurs, il faut voir les modalités d'attribution des fréquences de la 5G. L'Arcep demande à chaque opérateur d'équiper "au moins deux villes en 5G dès 2020". Au cours des années suivantes, les opérateurs devront disposer d'au moins 3.000 sites (pylônes ou autres toits d'immeuble) en 2022, 8.000 en 2024 et 10500 en 2025, soit deux tiers de la population couvertes en 5G dans 5 ans.

Et l'Arcep de préciser que "25% de sites des deux derniers jalons devront être déployés dans une zone rassemblant les communes des zones peu denses et celles des territoires d'industrie, hors des principales agglomérations". Autres obligations :

  • un accroissement des débits, avec au moins 240 Mb/s sur au moins 75% de sites en 2022,
  • la couverture des axes routiers (autoroutes en 2025 et routes principales en 2027),
  • des offres de services différenciés (slicing) avec des usages innovants dans les domaines de l'industrie, de la santé, de l'automobile ou des médias au plus tard en 2023.

Ce cahier des charges, les opérateurs ont tout intérêt à la respecter. Car, l'Arcep a prévu deux rendez-vous intermédiaires à l'horizon 2023 et 2028. Et, en cas de manquements, les opérateurs risquent une mise en demeure, une amende, voire même une suspension de leur licence 5G.

5G