La course au dégroupage des opérateurs ADSL

5 juin 2006 à 15h08
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 19h05 -

A l’instar des opérations commerciales et des innovations technologiques, les fournisseurs d’accès à Internet se battent aussi pour étendre rapidement leur réseau et dégrouper plus vite que les concurrents.Alors que l’ARCEP (Autorité de Régulation des Télécommunications) publie des chiffres indiquant une forte croissance de l’ADSL et du dégroupage en France, on constate sur le terrain que les efforts de dégroupage des fournisseurs d’accès ne sont pas du tout homogènes. Coup de projecteur sur une course de fond qui se métamorphose peu à peu en véritable sprint. Les grands centres urbains sont largement couverts par les réseaux haut-débit des opérateurs ADSL, du câble et désormais par les nouveaux venus qui innovent via le WiFi, la fibre chez l’abonné (FTTH) ou encore le Courant Porteur en Ligne (CPL). Les FAI veulent désormais déplacer la concurrence sur le terrain des petites et moyennes villes, encore largement dominé par l’opérateur historique France Telecom (Orange). Le groupe Neuf Cegetel est sans aucun doute l’opérateur le plus actif sur ce créneau. Fort de nombreux accords avec les collectivités locales pour la construction et l’exploitation de réseaux de télécommunications à l'échelon régional, Neuf Cegetel déploie ses noeuds de raccordement à vitesse grand V partout en France. De nombreux départements (comme l’Oise, le Loiret ou les Pyrénées Atlantiques) bénéficient actuellement des premiers effets de ces conventions et des milliers de personnes peuvent dorénavant se connecter à Internet haut-débit. Ce mois-ci, Neuf Cegetel franchit un cap important. Avec plus de 1000 noeuds de raccordement (NRA), le groupe renforce sa position sur le marché des FAI au détriment d’autres opérateurs alternatifs. L’enjeu : être le premier à proposer le dégroupage aux internautes jusque là dépendant du réseau France Telecom. Notons par exemple l’effort réalisé par Neuf Cegetel, ces dernières 48 heures en Bretagne, avec l’ouverture de 9 NRA à Lorient, Concarneau, Morlaix, Saint-Malo, Lamballe et dans la périphérie de Rennes. Le fournisseur d’accès Alice multiplie également ses efforts pour étendre son réseau et séduire de nouveaux abonnés avec son offre dégroupée à 29,90 euros. Plus d’une dizaine de NRA supportant le service de TV par ADSL viennent tout juste d’être activés dans le Sud (Montpellier, Nice) et en région parisienne (91, 94). De son côté, Free possède un réseau assez important (700 NRA) mais souffre d’une croissance relativement moins rapide que celle de son principal concurrent Neuf Cegetel. Enfin, avec plus de 300 NRA, Club Internet ne compte pas se laisser distancer. Une centaine de nouvelles unités devraient voir le jour dans les mois à venir, avec comme objectif une présence accrue dans plus de départements et plus de villes moyennes. La situation du haut-débit prend donc une nouvelle tournure en France. La forte concurrence qui s’exerce dans les zones urbaines denses dégroupées oblige dorénavant les fournisseurs d’accès à adapter leur stratégie. Parallèlement aux débits, aux services et aux prix, les opérateurs sont engagés dans une course de vitesse dans laquelle le premier opérateur à équiper une zone sera celui qui bénéficiera pleinement des effets commerciaux liés à la forte attente du dégroupage total. » Etes-vous dans une zone dégroupée ? » Votre commune a-t-elle accès à l’ADSL ? » Lire les résultats de l’Observatoire du haut-débit de l’ARCEP