Internet et la 3G/4G 'bientôt' dans tous les trains ?

11 février 2015 à 11h25
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h38 -

Depuis 2007, le sujet des accès Internet dans les trains est en perpétuelle friche, avec des initiatives coûteuses qui jusqu'ici n'avaient pas convaincu. La SNCF relance le débat avec son nouveau grand projet #DIGITALSNCF."Toc toc toc, la SNCF : on peut se voir pour discuter wifi dans le train ? Merci d’avance ! ; -)" Après ce célèbre tweet de la secrétaire d'état chargée du numérique Axelle Lemaire le 17 octobre 2014, énervée de ne pouvoir travailler en Wi-Fi lors d'un de ses déplacements, les choses semblent enfin bouger chez le géant ferroviaire français, comme nous l'avions déjà évoqué début janvier 2015. Ayant raté le train de l'Internet à bord de ses rames, la SNCF avait effectué diverses tentatives en se basant sur l'accès à Internet via Satellite, pour des coûts excessifs (350 000€ par rame équipée !) et une qualité de service insuffisante. Ce nouveau plan numérique de la SNCF vise notamment à proposer la couverture de l'ensemble de ses gares et de ses lignes en technologie mobile 3G et 4G et/ou Wi-Fi.

#DIGITALSNCF, l'Internet à grande vitesse ?
La solution technique choisie reposera sur un mélange de technologies, avec la 3G et 4G par exemple pour assurer la connexion des TGV à Internet, le Wi-Fi prenant le relais au sein des rames (ou dans les gares) pour répéter et amplifier le signal. Il s'agira ainsi de proposer gratuitement le Wi-Fi et une bonne couverture des réseaux mobiles 3G/4G dans les TGV au plus vite, mais au final aussi sur l'ensemble du réseau ferré français (TER, RER...) et dans toutes les gares. Pour les TGV, ce sera la ligne Paris-Lyon qui sera équipée fin 2016, suivie du LGV-Est et de la ligne Paris-Bordeaux, mi-2017, ainsi que Paris-Strasbourg.

La 3G, 4G et Internet, dans tous les trains... enfin un vrai projet de la SNCF

La SNCF et les opérateurs télécoms enfin main dans la main ?
La SNCF s'engage également à améliorer l’accès aux infrastructures aux opérateurs mobiles afin de faciliter le déploiement des antennes. Des efforts déjà initiés sur les abords de la ligne du RER C. L'accord trouvé devrait également intéresser les opérateurs qui vont devoir mettre la main au portefeuille pour déployer de nouvelles antennes afin de couvrir l'ensemble du maillage des chemins de fers français. Cela devrait surtout permettre aux opérateurs partenaires de combler les zones blanches ou grises qui occasionnent des coupures et une mauvaise qualité de réception 3G/4G comme c'est le cas actuellement lors de déplacement en train. Cela va également leur permettre d'améliorer tout simplement leurs propres réseaux de couverture sur l'ensemble du territoire.

Enfin, diverses autres initiatives ont été annoncées, concernant le partage de données sous forme d'API pour les développeurs et les professionnels, ou encore un fonds d'investissement pour soutenir les start-up (30 millions d'euros sur 3 ans pour soutenir une douzaine de projets), sans oublier la mise à disposition de tablettes tactiles pour 80 000 agents...

Rester connecté dans les trains et les gares... dès 2016 sur certains tronçons ferroviaires