Observatoires ARCEP sur les déploiements mobiles en zones peu denses

21 septembre 2016 à 13h10
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h18 -

Dans sa lutte contre la fracture numérique des territoires, le gouvernement et l'ARCEP poursuivent leurs efforts pour informer sur la couverture mobile sur les zones blanches, avec un nouveau bilan sur les zones les plus reculées de France.

L'ARCEP vient de publier son nouvel Observatoire des déploiements mobiles en zones peu denses de septembre 2016. Comme annoncé lors du bilan France THD en juin dernier, on y retrouve l'identification des zones les moins bien desservies par les réseaux mobiles des opérateurs et les efforts réalisés par ces derniers pour combler ces lacunes.

Par décision du 28 juillet dernier, des amendes avaient d'ailleurs été infligées par l'ARCEP à Orange (27 000€) et SFR (380 000€), pour non-respect des engagements de couverture en 2G (voix et sms). Ces sanctions sont déterminées selon le nombre de pylônes non installé sur des centres-bourgs identifiés dans des zones blanches (avant le 1er janvier 2016). Depuis le début d'année, il faut avouer que les opérateurs ont fait de gros effort pour rattraper leur retard.

Programme gouvernemental de couverture 4G de zones blanches et centres-bourgs

Avec ce programme " zones blanches - centres-bourgs ", les opérateurs sont conjointement tenus d'apporter, grâce à un réseau mutualisé et moyennant un financement public, une couverture de base dans un certain nombre de centres-bourgs qui n'avaient aucune couverture. Ce programme a démarré en 2003 et 268 centres-bourgs y ont été ajoutés en 2016. Le nombre de centres-bourgs à couvrir a ainsi été porté à près de 3800 et ils représentent tout de même à eux seuls près de 1% de la population française.

Ces centres-bourgs concernés par ce programme sont couverts à 91% pour ce qui est des services voix et SMS, avec pour 297 de ceux restant qui attendent la construction, par les pouvoirs publics, d'un pylône pour être couverts. Cependant, les opérateurs privés sont également attendus dans plus de 15 autres centres-bourgs depuis plusieurs années : SFR et dans une moindre mesure Orange, doivent finaliser les déploiements au plus vite.

Observatoire / Déploiements mobiles en zones peu denses



La couverture 4G en 800 MHz progresse

Pour la couverture 4G du territoire, si les derniers bilans de l'ANFR montrent une grande activité, surtout de la part de SFR depuis le début de l'année, il faut savoir que les zones peu denses sont plutôt mal loties, représentant 63% du territoire mais seulement 18% de la population (sur 22 500 communes rurales).

La couverture 3G des centres-bourgs


Ce sont les opérateurs Orange, SFR et Bouygues Telecom qui sont tenus de couvrir d'ici le 17 janvier 2017, 40% de ces territoires avec la bande 800 MHz. Orange est quasiment à jour (38% de couverture), suivi par Bouygues Telecom (26%) et SFR (25%), soit 10 points de mieux en 3 mois.
Free, n'ayant pas de licence pour le 800MHz est exempté de ces obligations, mais doit par contre couvrir 50% de la population de cette même zone en 4G d'ici le 17 janvier 2022 en bande 700 MHz. Ceci explique que Free Mobile est très largement en avance sur le déploiement d'antennes sur cette bande de fréquences selon les deux derniers Observatoires de l'Agence Nationale es Fréquences.

La 2G en zone peu dense