Slamming : mise au point de l'ARCEP

25 janvier 2007 à 18h19
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h59 -

Le Gendarme des Télécoms fait une mise au point sur le slamming. Les FAI doivent rétablir les services dans les meilleurs délais et à leurs frais en cas d'écrasement de ligne à tort. Le slamming ? Non ce n'est pas une figure de patinage artistique ni une technique de breakdance ! C'est le terme qui désigne l'écrasement d'une ligne ADSL par un opérateur sans autorisation préalable et sans aucun mandat de le faire.

L'Autorité de Régulation des Télécoms décide d'éclairer cette pratique (parfois involontaire...) de certains fournisseurs qui s'accaparent une ligne sans demande d'abonnement quelquonque. La mise au point de l'ARCEP contribue à préciser l'attitude à adopter en cas de slamming.

L’Autorité rappelle d’ores et déjà aux opérateurs qu’en cas d’écrasements à tort des services d’un de leurs clients, ils doivent procéder gratuitement et dans les meilleurs délais au rétablissement de ces services. L'ARCEP travaille par ailleurs avec Orange et les fournisseurs d'accès alternatifs à améliorer les procédés opérationnels pour éviter les désagréments du slamming.