Les vacanciers veulent du haut-débit

24 juillet 2012 à 14h14
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h43 -

En vacances, les européens s’inquiètent de la couverture nuageuse mais aussi de plus en plus de la couverture... réseau !Pour réussir leurs vacances, les européens étudient de près le choix de leur destination. En complément des traditionnels critères tels que la météo, les prix ou encore les activités sportives ou culturelles, "37% des vacanciers considèrent que la couverture Internet est un facteur influençant le choix de leur lieu de villégiature" rapporte un sondage mené par Brocade.

Les réponses fournies par l'enquête de Brocade confirment 3 tendances.

Le poids croissant d'Internet dans nos vies
Qu'il s'agisse de rester en contact avec ses proches, de surveiller son compte bancaire ou encore de chercher une adresse, Internet est devenu incontournable dans notre quotidien.

C'est d'autant plus vrai lorsque l'on part en vacances - spécialement à l'étranger - où le moindre besoin d'information est désormais "comblé" (ou pas !) par Google. Parmi les principales raisons invoquées par les sondés emportant leur mobile en vacances :

- resté en contact avec la famille et les amis (28%)
- être disponible pour le travail et/ou les collègues (28%)
- en cas d'urgence (19%)
- par habitude (12%)
- pour les loisirs (11%)
- pour suivre l'actualité locale près de chez eux (2%)

Du côté des usages les plus en vogue sur les smartphones et les tablettes des vacanciers, les réseaux sociaux, l'envoi de photos et les emails constituent le trio gagnant.

Difficile de "décrocher" du travail en vacances
Conséquence directe de la multiplication des terminaux mobiles et du "tout numérique", les vacanciers cèdent davantage au réflexe de vérifier leur messagerie professionnelle par exemple. Selon Brocade, 56% des répondants ont déclaré "utiliser leur smartphone pour consulter des emails ou des documents de travail" depuis leur lieu de vacances. Un chiffre en hausse de 48% par rapport à l'année dernière.

Cette tendance n'est pas inédite mais elle est de plus en plus observée, notamment lorsque les cadres s'approprient un progrès technologique (ordinateur portable, Internet haut débit, smartphone, Internet 3G....).

Les données de Brocade recoupent ainsi ceux d'une enquête de l'IFOP (avril/mai 2012) qui indiquait que 67% des cadres continuaient à travailler après avoir quitté leur bureau. En moyenne, cela représenterait 4 heures par semaine....soit une journée de travail sur une période de 15 jours de congés !

Autrefois régie par la présence de l'employé sur son lieu de travail, la relation professionnelle se déplace aujourd’hui vers le concept de disponibilité. Les réseaux, les terminaux, et les services permettent davantage de réactivité et d'efficacité, y compris à 1000 km de son bureau.

Mais en contrepartie, la frontière entre les sphères privée et professionnelle se retrouve également "dématérialisée". Au risque de perturber la vie sociale et familiale, ou pire de provoquer davantage de stress. En leur temps, les Tontons Flingueurs évoquaient le "nervous breakdown"... aujourd'hui ça serait plutôt le "CrackBerry" ou encore la nomophobie.

Internet : un argument concurrentiel pour l'industrie du tourisme
Compte tenu de l'importance croissante d'Internet en tant que critère de choix, Brocade estime que les professionnels du tourisme peuvent tirer un réel avantage concurrentiel en fournissant une connexion haut débit de qualité.

Les hôteliers et les propriétaires (location, camping...) qui investissent dans une infrastructure réseau auraient ainsi davantage de chance d'améliorer leur chiffre d'affaires et leur réputation que ceux qui ne tiennent pas compte de la demande de leurs clients, ou qui y répondent avec une piètre connexion.

Non seulement un réseau Internet sans fil est un argument marketing différenciant (et même désormais éliminatoire), mais c'est également une excellente opportunité pour fidéliser, et être bien référencé dans les comparateurs en ligne et les guides touristiques.

Pour répondre aux demandes de l'industrie touristique, les professionnels des télécoms ont donc également une carte à jouer en proposant des équipements et des prestations adaptés aux besoins de chacun. Un hôtel 4 étoiles (qui veut couvrir en Wi-Fi le bar et la piscine) n'aura ni les mêmes budgets ni les mêmes préoccupations que le propriétaire d'un gîte (avec des murs en pierre de 50 cm) !