Création de l’observatoire du haut-débit

16 mars 2006 à 15h46
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 19h06 -

Un observatoire est créé pour aider les collectivités locales à faire le point sur le développement des réseaux haut-débit, et pour savoir quelles solutions mettre en place afin que tous les français y aient accès.Le Gouvernement a annoncé, par la voix de M. Christian Estrosi, Ministre de l’Aménagement du Territoire, la création cette année d’un Observatoire du haut-débit. Son objectif sera de soutenir les collectivités locales pour qu’elles prennent les meilleures mesures pour résorber les «zones blanches». Les débits rapides offerts par l’ADSL ou le câble ne sont en effet pas disponibles pour tout le monde. Plusieurs milliers de communes n’ont toujours pas accès, ou seulement partiellement, aux réseaux haut-débit. L’observatoire fournira des outils «d’aide à la décision pour l’intervention publique», avec notamment la publication de rapports ainsi que de guides techniques et juridiques. La première mission de cet organisme sera de photographier le paysage Internet français et faire le bilan de l’extension géographique des réseaux à haut-débit, quelque soit la technologie mise en avant : ADSL, câble, satellite, Courant Porteur en Ligne (CPL), Wimax. Ariase soutient cette mesure et se félicite de la création de l’observatoire. Il est essentiel d’informer, conseiller et soutenir les collectivités locales sur la mise en place des réseaux haut-débit. Les enjeux pour les communes dépassent largement le cadre technologique puisqu’il s’agit aujourd’hui d’aménager les territoires et de renforcer leur développement économique, social et humain. M. Estrosi, ministre de l’aménagement du territoire, précise que «France Télécom s’est engagé dans le déploiement de l’ADSL sur la totalité de ses répartiteurs d’ici la fin 2006. Grâce à cet effort, près de 98% de la population devrait être éligible à cette technologie. Pour autant, les zones rurales resteraient insuffisamment desservies. On estime ainsi que près de 5 000 communes garderaient une couverture ADSL inférieure à 80% de leur population. Parmi ces communes, la moitié pourraient être considérées comme de véritables zones blanches. L’objectif du Gouvernement est d’apporter d’ici 2007 une solution adaptée d’accès haut débit à chacune de ces communes.» Rappelons tout de même que l’objectif de 98% de la population éligible à l’ADSL pour 2006 reste un chiffre optimiste si l’on considère le nombre de centraux non équipés pour le haut-débit, et la longue liste de clients possédant une ligne téléphonique multiplexée ou trop éloignée des noeuds de raccordement. >> Discours de M .Estrosi