La FIRIP s’inquiète du rachat de SFR

14 mars 2014 à 12h56
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h40 -

La FIRIP alerte les Pouvoirs Publics et les Autorités Administratives Indépendantes sur les risques liés au sujet épineux du rachat du Groupe SFR…La Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Public (FIRIP) est l’organisme qui regroupe un panel représentatif d’entreprises intervenantes à la suite du lancement d’un réseau d’initiative publique (RIP). Ces réseaux contribuent à l’aménagement numérique des territoires, notamment dans les zones moins denses, souvent considérées comme peu attractives par les opérateurs nationaux traditionnels.

La FIRIP est par conséquent un des partenaires majeur du déploiement du très haut débit dans le cadre du Plan France Très Haut Débit. Cet engagement massif du gouvernement vise à déployer d’ici à 2022, un accès au très haut débit sur l’ensemble du territoire Français. Un enjeu majeur tant pour notre économie que pour notre société, qui pourrait être remis en cause selon la FIRIP par les prochains mouvements qui pourraient découler du rachat de SFR si des engagements forts et des mécanismes de contrôles ne sont pas mis en place avant toute décision.

La FIRIP alerte l’ARCEP et le gouvernement

Comme indiqué dans le communiqué de presse publié cette semaine par Mr Etienne Dugas, Président de la FIRIP (ci-dessus), la FIRIP et ses membres s’inquiètent fortement de l’évolution du marché des télécommunications qui pourrait survenir suite au prochain rachat du Groupe SFR par un des deux candidats en lice.

Alors que de gros efforts sont réalisés depuis plus de 18 mois pour déployer massivement la fibre optique et les technologies d’accès au très haut débit, cet écosystème reste fragile.
La FIRIP met en garde les instances publiques sur un risque de perturber la dynamique économique initiée jusqu'ici et sur une baisse des investissements prévus. Un ralentissement du Plan France Très Haut Débit pourrait être catastrophique pour notre pays. Pour rappel, ce sont plus de 20 milliards d’euros d’investissement qui sont prévus sur dix ans, avec à la clef plus de 20000 créations d’emplois uniquement sur la partie déploiement physique et modernisation des réseaux numériques.

Etienne Dugas précise que "pour la FIRIP, les intentions actuellement mises en avant pour le rachat de SFR, par les deux candidats, doivent en premier lieu créer une dynamique vertueuse, pour le déploiement du Très Haut Débit."

SFR : Bouygues ou Numericable ?