Entre flashback et nostalgie...

14 juin 2007 à 19h50
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h57 -

"Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître...". La chanson d'Aznavour s'applique aussi au Web et aux opérateurs télécoms. Plus d'une centaine d'opérateurs en 2001 mais seulement quelques survivants en 2007. Qui aurait parié sur une telle hécatombe en si peu de temps ?

Qui se rappelle d'Infonie, Mageos ou World Online ? Il fût un temps où tout le monde adorait Yahoo... et où le premier serveur de Google trônait dans un garage ! Freesbee était-il le meilleur opérateur avec son forfait de 20 heures à 99 Francs tout compris ? Vous l'aurez compris (du moins pour les moins jeunes d'entre vous), le monde du Web et des FAI a bien changé en quelques années.

Du milieu des années 90 jusqu'en 1999, le bas-débit règne en maître dans les foyers français. Alors que l'ADSL est encore testé dans les laboratoires de France Télécom, les modems 56k sifflent joyeusement pour se connecter péniblement à Internet ! A l'époque, des dizaines de fournisseurs se battent à coup d'accès libres et de forfaits 50 heures.

Oui mais c'était sans compter sur la Nouvelle Economie et le "Pschiiit" de l'an 2000. La bulle du Web éclate et emporte avec elle de nombreux opérateurs. Faillite ou fusion : telle est l'alternative pour survivre. C'est le début du grand jeu du "Kiboufki" avec comme grands gagnants les Wanadoo/Orange, Free, Neuf Cegetel, Club Internet, Tiscali/Alice et Noos Numéricable.