Les hotlines au prix d'un appel local

25 octobre 2007 à 14h06
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h56 -

Le projet de loi de Luc Chatel prévoit une baisse importante du tarif à la minute des appels vers les assistances téléphoniques des fournisseurs d'accès.Peu d'internautes peuvent se vanter de n'avoir jamais appelé leur opérateur avec un numéro surtaxé pour joindre le service technique ou commercial. Et à 34 centimes d'euros la minute, les abonnés s'impatient vite. Pour répondre à la forte demande des consommateurs (et des associations), le Gouvernement va proposer un projet de loi sur la consommation.

Le secrétaire d'état Luc Chatel prévoit notamment d'imposer la gratuité du temps d'attente et la mise en place d'un tarif spécifique pour les hotlines. En effet, si la majorité des fournisseurs d'accès appliquent déjà la gratuité du temps d'attente, certains FAI (Free et Club Internet) persistent encore à le facturer bien que l'abonné ne soit pas encore pris en charge.

Mais c'est surtout le passage du tarif surtaxé des hotlines à celui du coût d'un appel local qui va réjouir les internautes. Exit le 0,34€ la minute ! Si la loi est adoptée par le Parlement, les opérateurs devront réduire le prix des appels vers les hotlines à 0,14€ la minute. Et sur ce créneau, il n'y a pas foule actuellement. Seules les assistances de Darty (prix d'un appel local) et d'Alice (gratuit) sont aujourd'hui à ce niveau.

Cette mesure ne satisfait pourtant pas l'UFC Que Choisir qui souligne que "si la proposition de tarification locale est maintenue, il faut interdire aux opérateurs d'utiliser des numéros commençant par 08, car ils sont surfacturés lorsqu'on appelle avec un mobile". Et oui, dans le cas d'un abonné en dégroupage total ou en ADSL Nu, la téléphonie VoiP est liée à la connexion Internet et au modem. Donc pour appeler depuis un fixe, encore faut-il que la Box soit en état de marche...

Autre mesure attendue : la réduction du délai de résiliation des abonnements télécom. Actuellement de 1 à 2 mois, ces délais devraient tomber à 10 jours. De quoi favoriser la mobilité des abonnés et motiver les opérateurs à chouchouter leurs clients, ou du moins les fidéliser au mieux.