LCI passe sur la TNT gratuite début janvier 2016

18 décembre 2015 à 13h11
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h36 -

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a rendu sa décision hier et permis la diffusion de LCI (groupe TF1) sur la TNT gratuite, mais a refusé le passage de Paris Première (groupe M6) et de Planète + (groupe Canal +).

conseil supérieur de l’audiovisuel

En prenant sa décision, Olivier Schrameck, le président du CSA a déclaré « L’information doit être plus riche, plus diversifiée (…), c’est l’épine dorsale de la TNT gratuite. »

LCI, un pluralisme dans l’intérêt du public selon le CSA

Le CSA justifie sa décision en arguant sur le fait que LCI, qui fête ses 21 années d’existence, n’avait plus d'opportunité dans l’avenir de la télévision payante et que son accès à la TNT gratuite contribuera au « pluralisme et à l’intérêt du public », la chaîne a en effet présenté un projet éditorial différenciant, limitant la part de ses journaux à 30% et faisant la part belle aux magazines. Catherine Nayl, directrice de l’information de la chaîne a confirmé cette volonté en déclarant souhaiter ralentir le rythme du flot d’informations et casser la spirale du flot d’images. Par ailleurs, TF1 a aussi refusé les publicités couplées et les promotions croisées entre les deux chaînes.

C’est un gros soulagement pour la chaîne qui risquait de fermer en mettant en péril 247 salariés et a notamment perdu 8.5 millions d’euros en 2014. En juillet 2014, le CSA avait pris la décision inverse, n’autorisant pas ce passage sur la TNT gratuite pour ne pas fragiliser BFMTV (groupe NextRadio), i-télé (groupe Canal +) et NRJ12 (groupe NRJ) mais sans forcément examiner l’avenir de LCI. Le Conseil d’Etat avait alors invalidé cette décision pour ce dernier motif, demandant un réexamen de la demande. La situation économique du marché de la publicité était alors plus moribonde qu’elle ne l’est fin 2015.

Pour son passage à la TNT gratuite, LCI devrait investir une vingtaine de millions d’euros en 2016 pour un objectif financier à l’équilibre à l’horizon 2019, sur une base de 39 millions d’euros de recettes publicitaires.

Refus pour Paris Première et Planète +

paris première

Concernant Paris Première et Planète +, le CSA a justifié son refus par la bonne santé de ces chaînes et l’appétence des téléspectateurs à payer pour les regarder. Paris Première réalise par ailleurs une des meilleures parts d’audience dans l’univers de chaînes payantes (0.7% entre janvier et juin 2015). Le CSA a donc estimé qu’elles pouvaient attendre pour se voir attribuer une fréquence gratuite de la TNT, ce qui ne devrait pas se reproduire prochainement.

Réactions très mitigées de NextRadio (BFM) et du groupe M6

Alain Weill, président de NextRadio a dénoncé cette décision du CSA, qu’il décrit comme « un coup de poignard dans le dos ». Il évoque une décision prise selon des critères politiques, BFM étant, selon lui, critique vis-à-vis des pouvoirs en place. Il affirme ainsi qu’avec la multiplication des chaînes d’info gratuites, l’impact de BFMTV sera dilué. M. Weill souhaite ainsi déposer un recours contre le conseil d’Etat en étudiant les conséquences sociales de cette décision sur sa propre chaîne. Pourtant le CSA avait estimé que l’alliance de BFM-TV avec le groupe Altice (SFR) rendait la chaîne moins fragile qu’en 2014.

La réaction ne s’est pas fait attendre non plus du côté du groupe M6. Nicolas de Tavernost, président du groupe, a fait part au journal Le Monde, de sa désapprobation des analyses du CSA, considérant Paris Première comme des chaînes en bonne santé. Selon lui, « le groupe Canal + va arrêter de distribuer la TNT payante », annonçant le déclin de Paris Première… A l’instar d’Alain Weill, il souhaite aussi déposer un recours devant le Conseil d’Etat.

Les impacts de l’arrivée de LCI sur la TNT gratuite



Le paysage des chaînes d’information saturé


bfm itélé

BFM-TV et i-télé les deux chaînes d’information déjà présentes sur la TNT gratuite et occupent respectivement 2 et moins de 1% de parts d’audience. LCI sera donc la troisième et devrait être diffusée dès le mois de janvier 2016. La chaîne d’information France24 est, quant à elle, diffusée en clair en hertzien numérique terrestre sur la région Île de France.

France Télévisions a également annoncé la création de sa chaîne d’informations en continu pour septembre 2016. Cela risque de faire beaucoup de chaînes d’informations en France avec des positionnements pas forcément différenciant. En Europe, il n’y a pas de pays où il y a plus de deux chaînes d’informations en continu.



Une baisse d’audience pour BFM et i-télé, mais aussi pour les chaînes généralistes


Une étude du CSA publiée en novembre 2015 étudiait la proposition de la chaîne LCI, un projet complémentaire aux offres de BFM-TV et i-télé avec une ligne éditoriale marquée par davantage de magazines.

Cette étude indiquait aussi que le passage de LCI sur la TNT gratuite ferait baisser la part d’audience de BFM-TV et d’i-télé d’au moins 0,2 point, avec une captation de 5.1% de leurs recettes publicitaires conjointes. Cette arrivée devrait également avoir un impact sur des chaînes généralistes sur des créneaux horaires précis, comme celui du matin sur France 2.