Simulation : le VDSL2 à Saint-Malo et à Cancale

4 septembre 2012 à 14h00
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h43 -

Que donnerait le déploiement du VDSL2 dans une ville de 5000 habitants et sur une zone urbaine de 50000 habitants ?Alors que tout le monde voudrait le très haut-débit mais qu'il tarde à venir, les opérateurs et l'ARCEP préparent la montée en débit sur le réseau téléphonique.

Le VDSL2 - en cours de validation par le comité technique de l'ARCEP - permet de booster les débits en réception et en émission des connexions Internet sur des lignes téléphoniques distantes de moins de 1500 mètres des noeuds de raccordement.

Pour matérialiser les possibles zones de couverture du VDSL2, nous avons choisi l'exemple des villes de Saint-Malo (50 000 habitants) et de Cancale (5000 habitants) situées dans le département d'Ille-et-Vilaine.

Attention : notre scénario est volontairement utopique puisque nous partons du principe que les centraux téléphoniques sont compatibles VDSL2 (ce qui ne sera pas le cas pour tous les NRA a priori), que les logements sont tous raccordés en distribution directe (ce qui n'est pas non plus le cas avec les sous-répartiteurs), et enfin que les lignes sont éligibles (pas de multiplexage, pas de diaphonie...).
En bleu, vous trouverez les zones privilégiées avec un affaiblissement inférieur à 12dB pour un débit théorique maximum entre 50 et 100 Mbit/s en réception. En rouge, nous prenons en compte les zones dont l'atténuation est inférieure à 24dB (environ 1500 mètres) où la vitesse des connexions VDSL2 sera néanmoins plus rapide qu'en ADSL2+.

VDSL2 à Saint-Malo
VDSL2 à Saint-Malo
Deux centraux de 17000 lignes chacun, dégroupés par Free, SFR et Bouygues, desservent Saint-Malo. Le premier, BOT35, couvre le nord de la ville près de la plage du Sillon. Le second, DEC35, est situé dans le quartier de la découverte au sud de l'agglomération où se trouve notamment une importante zone d'activité.

Selon nos estimations, 27% des lignes raccordées sur BOT35 seraient éligibles au VDSL2 (hypothèse d'une atténuation égale ou inférieure à 24dB). Mais seulement 7% de ces chanceux pourraient espèrer avoir du très haut débit sur leur ligne.

Notre simulation montre que le déploiement du VDSL2 ne concernerait qu'une partie de Saint-Malo. La ville intra-muros, et les quartiers de Paramé et de Saint-Servan ne profiteraient pas de la montée en débit.

Les malouins habitant ces zones devraient attendre le VDSL2 en mode FTTC (armoires de rue) ou plus probablement la fibre optique jusqu'à l'abonné. La cité des corsaires sera fibrée dans le cadre de la convention signée entre Orange et le Conseil Régional.

VDSL2 à Cancale
VDSL2 à Cancale
A 15 kilomètres de Saint-Malo, la ville de Cancale dispose du NRA CCA35 pour fournir de l'ADSL (ou du VDSL2 dans notre étude de cas) à ses 5000 habitants. Contrairement à Saint-Malo où les zones d'habitation s'étendent, Cancale profiterait nettement mieux du VDSL2.

Presque tout le coeur de la ville serait éligible au VDSL2 à l'exception des lotissements situés au nord (Cancale Port Mer et Pointe du Grouin) et au sud (Terrelabouêt).

Nos estimations montrent que presque 60% des lignes cancalaises pourraient être concernées par le VDSL2. Moins de 15% seraient dans la zone chaude (en bleu).

VDSL2 en Ille-et-Vilaine
VDSL2 dans le departement 35
Voilà à quoi ressemblerait la carte d'ille-et-vilaine si le VDSL2 était lancé demain sur les 211 centraux du départements (353 communes). En blanc se trouvent toutes les zones qui ne bénéficieront pas du VDSL2 sans travaux (mise en place de NRA-MeD). Concernant l'éligibilité théorique au VDSL2, nos estimations montrent la répartition suivante :

- 15.6% avec un affaiblissement < à 12dB
- 24.5% avec un affaiblissement entre 12 et 24dB
- soit 40% des foyers potentiellement concernés

Il est intéressant de noter qu'en zone rurale, dans les communes de 2000 habitants avec un central par exemple, la part des lignes avec un affaiblissement inférieur à 12dB est plus importante....ce qui rend le VDSL2 "intéressant" dans la perspective d'une montée en débit sur la boucle locale cuivre.

Nos calculs révèlent ainsi qu'à l'échelle nationale cette part est de 16% sur l'ensemble du parc de NRA, alors qu'elle est de 23% si l'on se restreint aux centraux téléphoniques de petite taille (moins de 2500 lignes).