Retour en force des appels vocaux pendant le confinement

Le confinement a marqué le grand retour des appels vocaux depuis un smartphone
20 juillet 2020 à 11h24
- Mis à jour le 20 juillet 2020 à 11h24 -

Contraints de rester chez eux à cause du Covid-19, les Français ont passé davantage de temps au téléphone. Un phénomène qui marque le grand retour des appels vocaux.

Téléphonie : le trafic voix sur mobile a explosé pendant le confinement

Depuis que les téléphones portables sont devenus des smartphones, on en aurait presque oublier qu'ils permettent de passer des coups de téléphone. N’exagérons rien. Néanmoins, ce n'est pas tout à fait faux. Avec un smartphone et des forfaits mobiles toujours plus riches en data, on peut échanger des messages instantanés, lire ou envoyer des mails, s'informer, jouer, faire des photos et des vidéos et les partager sur les réseau sociaux, naviguer sur Internet... Autant de nouveaux usages qui ont explosé avec l'avènement des smartphones, au détriment des appels vocaux.

C'était avant le Covid-19, qui est venu rebattre les cartes. Car, pendant le confinement, ces nouveaux usages n'ont certes pas disparu, mais les opérateurs ont constaté "une explosion du trafic voix sur mobile qui avait tendance à diminuer ces dernières années", a révélé Fabienne Dulac, directrice générale d'Orange, dans les colonnes de Ouest France. Selon le site wedemain, qui a interrogé Laetitia Orsini, directrice des offres multiservices du même opérateur,  la trafic voix a doublé les 16 et 17 mars, aux deux premiers jours du confinement. Un constat qui vaut également chez Bouygues Telecom et SFR. Encore plus significatif, la "voix" a triplé pendant tout le reste de la période de confinement. De la même manière que les réunions sur Zoom, Team, ou Skype, trois applications de visioconférence, ont aussi explosé pendant le confinement. Elles n'ont pas seulement été utilisées pour le télétravail mais aussi pour des apéros entre amis ou des réunions de famille virtuelles.

Et depuis la fin du confinement alors ? Le trafic a diminué, avec la baisse de la durée des appels. Néanmoins, ce retour en force des appels vocaux semble perdurer, puisque début juillet, il restait 15% supérieur aux deux premières semaines de mars, avant le début du confinement. Comme si les Français avaient redécouvert le plaisir de passer du temps au téléphone. Ça tombe bien, aujourd'hui, presque tous les abonnements mobiles commercialisés par les opérateurs sont des forfaits illimités, qui permettent de téléphoner sans compter.