Fin des frais de roaming en Europe : un dernier accord qui déçoit les petits opérateurs

1 février 2017 à 18h00
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h17 -

Les institutions européennes ont trouvé un compromis sur les prix de gros. Déçus du résultat, les opérateurs virtuels craignent pour leur équilibre financier et mettent en garde contre une hausse des tarifs.

La date était déjà connue, le principe aussi : à compter du 15 juin 2017, les utilisateurs mobiles européens pourront utiliser leur forfait dans l’UE comme chez eux, sans frais supplémentaires sur les appels, les SMS ou la consultation d’Internet à l’étranger. L’encadrement des abus avait aussi été fixé. Restait à décider du plafond des prix de gros : les niveaux fixés hier soir s’avèrent plus bas que ceux initialement fixés par Bruxelles. Mais ils sont déjà dénoncés par les petits opérateurs, inquiets pour l’équilibre économique de leur activité.

Coup d’envoi dans 4 mois et demi

« Goodbye Roaming », triomphait ce matin Miapetra Kumpula-Natri sur son compte Twitter : le 15 juin prochain, fini les surfacturations sur les communications, les messages et l’Internet mobile utilisé depuis les autres pays de l’UE. Mais cette affaire était entendue depuis décembre dernier.

No more #roaming charges after June 15th! Hello future, hello #GigabitSociety!https://t.co/Anp6b0X3U4 pic.twitter.com/eeND88zxDk

— Miapetra Kumpula-N (@miapetrakumpula) 1 février 2017

Si l’eurodéputée finlandaise, rapporteur du texte au Parlement européen, se réjouit de la sorte, c’est qu’elle vient de conclure une négociation au long cours entre le Parlement, la Commission européenne et le Conseil de l’Europe sur le dernier point d’achoppement : le plafond des prix de gros, que se facturent entre eux les opérateurs lorsque leurs clients utilisent les réseaux mobiles hors de leurs frontières. Un aspect crucial à plus d’un titre.

Compromis sur le prix de gros

Selon le communiqué publié par la Commission européenne, les tarifs finalement retenus pour le prix gros maximum applicable sont les suivants :

  • 0,032€ par minute d’appel
  • 0,01€ par SMS
  • 0,077€ par Mo, soit 7,7€ par Go, au 15 juin 2017, puis 6€ au 1er janvier 2018, 4,5€ au 1er janvier 2019, montant qui fondra progressivement jusqu’à 2,5€ au 1er janvier 2022.

Sur la data, le compromis trouvé va donc plus loin que la proposition de Bruxelles, qui visait 8,5€ par Go. Pour 1 Go consommé par un de ses clients hors de ses frontières, un opérateur pourra donc se voir facturer par un de ses homologues étrangers, au maximum, 7,7€ à partir de juin 2017, et 2,5€ à compter de 2022.

Un tarif glissant jugé suffisamment bas pour ménager les inquiétudes des pays les plus compétitifs en matière de tarifs (Europe du Nord, Pays Baltes, Pologne). Mais aussi suffisamment élevé pour répondre aux inquiétudes des pays comme l’Espagne ou la France, censés pourvoir aux besoins de millions de touristes, et dont les opérateurs n’entendaient pas brader leurs services.

Risque de hausse des prix

Face à cette issue, les opérateurs virtuels ne cachent pas leur déception, à l’image de MVNO Europe, dont est notamment membre Euro-Information Telecom (NRJ Mobile, Auchan Telecom). Leur taille relativement modeste ne leur permettant pas de négocier des tarifs avantageux, ces petits acteurs craignent de s’en sortir avec l’addition maximale, tandis que les gros opérateurs accentueraient leur domination. Qu’il sera impossible, désormais, de répercuter en hors-forfait sur la facture de leurs clients. Exemple avec un forfait 20 Go à 24,99€ utilisé à l’étranger : dès 4 Go consommés par le client, l’opérateur fournira le giga à perte.

Des garde-fous sont certes prévus : la limitation, sur les forfaits data bon marchés illimités ou très bien garnis, de l’enveloppe de données disponible sans surcoût. Elle sera restreinte à deux fois ce que permet d’acheter une mensualité au prix plafond du giga, au-delà de quoi du hors-forfait pourra être facturé (au prix de gros aussi). Soit, pour un forfait 20 ou 30 Go à 25€, 6,4 Go disponibles et hors-forfait à 7,7€ par Go au-delà dans un premier temps, puis 8,2 Go au 1er janvier prochain, et de plus en plus à mesure que le prix de gros baissera.

Une limitation insuffisante, selon les détracteurs du compromis, qui brandissent le risque d’une augmentation des prix, voire la suppression de la possibilité d’utiliser son forfait à l’étranger par certains fournisseurs, dans un environnement où le prix de détail généralement pratiqué (1 à 2€ le Go) reste bien inférieur au prix de gros.

Forfaits roaming : les offres du moment


Quelles sont les offres à petit prix actuellement proposées par les opérateurs pour appeler et rester connecté en voyage ? En attendant le 15 juin, voici les possibilités offertes par les fournisseurs hexagonaux :

  • le forfait Sosh 20 Go, à 19,99€/mois pendant un an, embarque 5 Go d'Internet mobile en Europe et DOM par an, les SMS/MMS à volonté depuis l’Europe et les DOM et les appels illimités via l’appli Libon.
  • la formule Power 20 Go de SFR s'affiche dès 17,99€/mois : les appels et SMS sont illimités 35 jours/an en Europe et DOM, à quoi s'ajoute l'utilisation de l'Internet mobile du forfait. Une enveloppe que l'on retrouvera aussi sur le forfait RED 20 Go Travel à 20€/mois.
  • la formule sans engagement B&You 20 Go Europe de Bouygues (29,99€) permet d'utiliser le forfait data de 20 Go 35 jours par an en Europe et DOM. Appels et SMS illimités à l'étranger grâce à l’appli World & You.
  • le forfait Free à 19,99€ : appels, SMS/MMS illimités et 3Go de data 35 jours par an depuis de nombreuses destinations, dont l'UE.
  • le forfait boosté 20 Go de Syma Mobile, à 19,99€/mois comprend de l'itinérance en Europe 6 mois par an, avec appels et SMS illimités ainsi que 5 Go de data.