IDATE DigiWorld dévoile son classement européen des pays à très haut débit : la France 26ème !

15 juillet 2016 à 13h00
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 17h18 -

L'étude IDATE Digiworld a dévoilée en avant-première durant les 10èmes Assises du Très Haut Débit début juillet, qui donne les chiffres de couverture internet des pays européens à fin 2015, avec une comparaison entre les états membres...

Et comme malheureusement c'est le cas trop souvent depuis de nombreux mois, et sans réelles surprises, le retard de la France sur le déploiement du THD devient un leitmotiv plus qu'inquiétant, bien que depuis trois mois les annonces rassurantes du gouvernement et de déploiement de fibre optique sur les RIPs se multiplient.
Toujours selon ce rapport IDATE, sur ce qui est qualifié d'Ultra Haut Débit, donc les connexions à plus de 100 Mbit/s, la tranche haute du Très Haut Débit (lui défini à partir de 30 Mbit/s), la France a mis du temps à démarrer. Mais elle semble engagée sur la bonne voie avec la validation d'un grand nombre de dossiers du Plan France THD et les annonces de désignation des délégataires pour le déploiement de la fibre optique sur les RIP qui se multiplient.

Le planning du déploiement THD en Europe

Pour rappel, l’Europe avait fixé dans son calendrier des objectifs de couverture et d’utilisation de l’accès Internet, avec trois échéances :

  • 1) 2013 : 100% des foyers connectables à Internet en Haut Débit, un objectif atteint en tenant compte des couvertures fixes, mobiles ou satellites.
  • 2) 2020 : 100% des foyers connectables en Très Haut débit (soit plus de 30Mbps). Un objectif atteignable par une majorité de pays européens, mais certains en sont encore loin... notamment la France !
  • 3) 2020 : 50% des connectés en UHD (soit à plus de 100 Mbit/s), qui doivent l’être avec une technologie FTTH/B ou FTTx/Cable DocSIS 3.0 (et +).
le THD en Europe de l'Ouest selon l'iDate



La France, dans le peloton de queue en Europe

A fin 2015, l'Europe affichait 162 millions de foyers éligibles au THD (> 30 Mbit/s), soit 74% de couverture des 220 millions de foyers, toujours en se basant sur les technologies fixes et mobiles. L'étude apporte cependant quelques modérations, avec pour les pays les plus en avance, souvent du fait de contexte géographiques plus favorables, d’une large présence de réseaux câblés, et de choix techniques moins ambitieux (VDSL2).

Ainsi, la Belgique combine par exemple une large couverture par des réseaux câblés mis à niveau avec les technologies DocSIS (>100Mps) et le choix par le principal opérateur télécom d’accès très haut débit en cuivre VDSL (>30Mps). Idem, l'Allemagne et le Royaume Uni et l’Allemagne ont massivement utilisé la technologie VDSL2 pour apporter le Très Haut Débit à moindre coût à leurs citoyens.

Répartition en Europe entre THD>100 mbps et <100Mbps


La France va devoir accélérer le rythme de livraison de prises FTTH pour rattraper son retard, mais également sur la partie mobile avec son réseau 4G... et même 5G. Pour cette dernière, des tensions apparaissent entre les autorités et les opérateurs, qui menacent sur l'ampleur des investissements nécessaires pour son déploiement, surtout si les normes ne sont pas mieux définies sur les usages pour leur assurer un meilleur retour sur investissement. Orange et une vingtaine d'autres industriels (Deutsche Telecom, Ericsson, Nokia, Telecom Italia, Vodafone…) ont d'ailleurs envoyé un manifeste à la Commission Européenne préconisant notamment un régime de neutralité du net moins contraignant.