Dégroupage : une année 2013 record pour SFR

13 janvier 2014 à 14h42
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h41 -

En 2013, SFR a dégroupé plus de 800 centraux téléphoniques. L'opérateur propose désormais ses offres ADSL dégroupées La Box de SFR dans plus de 6200 noeuds de raccordement.Avec un total de 6268 centraux ADSL "dégroupés" actuellement, SFR est le principal opérateur de dégroupage en France puisqu'il couvre 23 millions de foyers, soit 85% de la population. SFR devance ainsi ses deux principaux concurrents que sont Free (5100 centraux) et Bouygues Télécom (4867 centraux). SFR précise qu'il "a réalisé en 2013 un volume de déploiement qui n'avait jamais été atteint depuis le démarrage du dégroupage en France en 2001".

La tâche est loin d'être finie. Si tous les noeuds de raccordement des zones urbaines sont équipés depuis longtemps, il reste encore plus de 9000 NRA non dégroupés par SFR ! Ces centraux de petite taille (moins de 1500 lignes) sont dispersés dans les zones les moins denses, en particulier le long d'une ligne imaginaire allant des Pyrénées aux Ardennes. Au rythme actuel (et sans nouveaux nra), il faudrait encore 11 ans pour que les offres Box de SFR dégroupées soient disponibles pour tous les français !

Certains départements, comme la Manche, le Loiret, ou encore l'Ardêche et la Drôme, sont particulièrement bien couverts par le dégroupage de SFR. Pourtant, l'opérateur n'a pas forcément équipé les centraux avec ses propres équipements DSLAM. Il préfère les louer à des réseaux d’initiative publique qui ont déjà dégroupé les noeuds de raccordement.

Certains départements sont en revanche peu dégroupés par SFR, et généralement par les autres fournisseurs également. C'est notamment le cas du Cantal (9 NRA sur 196), du Gers (9 NRA sur 123) ou encore de la Lozère (7 NRA sur 143).

Malgré le développement des réseaux très haut débit, le dégroupage est essentiel pour les opérateurs comme SFR ou Free. Il permet en effet de rentabiliser beaucoup plus les abonnés ADSL en diminuant les frais payés à Orange (pour le transport et la collecte des flux ADSL sur la boucle locale) d'une part, et en améliorant le revenu moyen par abonné d'autre part (Box "premium" pour le VDSL2 et/ou la TV par ADSL notamment).