Orange TV : les exclusivités divisent le CSA et l'ARCEP

14 avril 2009 à 14h54
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 17h48 -

Alors qu'une première décision a contraint Orange à suspendre la vente d'Orange Sport, le débat sur les chaînes exclusives se poursuit au-delà du cercle des fournisseurs d'accès.En s'attaquant à l'iPhone et à Orange Sport (ex-Orange Foot), les concurrents d'Orange ont réussi à contrecarrer la stratégie du leader du marché français des télécoms. Provisoirement tout du moins.

Car si Free et SFR estiment que ces exclusivités qu'Orange paye au prix fort sont un moyen déguisé de lier des ventes (abonnement ADSL + chaîne) et de maintenir une position dominante, d'autres y voient plutôt une opportunité pour dynamiser le secteur des télécoms, mais aussi celui des contenus.

C'est notamment le cas du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) et de la Ligue Professionnelle de Football. D'après Le Figaro, le CSA a transmis au Conseil de la Concurrence un avis favorable à Orange. Le régulateur de l'audiovisuel explique que le poids d'Orange sur les différents marchés de la télévision payante est bien moins important que celui de Canal+. Le CSA estime par ailleurs qu'Orange a lancé sa stratégie d'exclusivité "faute d'accéder à la distribution dégroupée des chaînes éditées ou distribuées en exclusivité par Canal+".

Le CSA souligne enfin que "Free et SFR n'ont pas apporté d'éléments mettant en évidence un taux de résiliation plus important sur leurs bases abonnés depuis le lancement des chaînes Orange". En clair : les fournisseurs alternatifs recrutent massivement parallèlement à l'arrivée d'Orange Sport et du bouquet Orange Cinéma Séries, la stratégie de l'opérateur historique ne constitue donc pas une menace.

Bien au contraire même. Le CSA rappelle que lors de la fusion TPS-Canal, Bercy et le Conseil de la concurrence ont encouragé l'arrivée d'un nouvel acteur. L'analyse du gendarme de l'audiovisuel semble être également partagée par la Ligue de Football. Son président, Fréderic Thiriez, craint que les enchères sur les droits de retransmission s'effondrent au prochain appel d'offres si Orange ne peut plus diffuser certains matchs de Ligue 1 en exclusivité. En redevenant le seul candidat de taille, Canal+ serait alors en mesure de dicter ses conditions. D'après le Canard Enchaîné, le président de la Ligue a écrit le 27 mars dernier à la direction de la chaîne cryptée en leur rappelant que Canal+ n'était pas autant attachée que ça à la concurrence lorsqu'elle a absorbé TPS en 2005, et qu'en 2004, elle avait elle-même signé un accord d'exclusivité avec Orange (Wanadoo) pour la diffusion de Foot+.

L'alternative Orange - face au traditionnel Canal Plus - n'est pas seulement défendue par le monde du sport mais aussi par celui du cinéma. “Nous sommes des ardents défenseurs des exclusivités d’Orange [...] mais nous attendons de lui qu’il soit le premier de la classe jusqu’au bout”, vient de déclarer Jean-Paul Salomé, président de la société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs (ARP). En négociation avec l'opérateur dans le cadre du bouquet Orange Cinéma Séries, l'ARP souhaite qu'Orange subventionne le cinéma français à hauteur de 90 millions d'euros sur trois ans. Selon l'ARP, cet accord servira de base pour l’avenir du cinéma et des médias. Traduction : avec Orange dans les parages, Canal+ sera plus enclin à faire des efforts !