De l'eau dans le gaz entre Alice et Free ?

3 octobre 2008 à 13h21
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h50 -

Le mariage entre Free et Alice est à peine consommé que les premières scènes de ménage éclatent déjà en public...Xavier Niel, vice-président d'Iliad, n'a pas ménagé ses efforts pour rassurer les abonnés Alice. Mais il semblerait que le message passe moins bien auprès des salariés du fournisseur d'accès. Deux cents d'entre-eux ont ainsi manifesté hier devant les sièges sociaux respectifs d'Alice et de Free. Le motif de leur colère ? Les 340 suppressions de postes et les conditions de licenciement.

"Alice est blonde pas stupide"..."Alice à l'ANPE : merci Free" : tels étaient les slogans des futurs ex-salariés d'Alice, remontés contre la politique de dédoublonnage d'Iliad. Près de 90% des postes admnistratifs du siège parisien d'Alice sont concernés par le plan de la maison mère de Free.

Les salariés rassemblés dans une intersyndicale (CGT, FO, CFTC, CGC) expriment leurs inquiétudes face à un plan de départ "low cost". Les négociations entre les représentants du personnel et la direction de Free et d'Alice seraient difficiles, notamment en ce qui concerne les mesures de compensentation, de reclassement, et de formation.

Selon le site d'actualité Vnunet, Free proposerait un seul mois de salaire d'indemnités par année d'ancienneté, comme dans le cas d'un licenciement économique. Un chiffre à mettre en relief avec les 2 à 3 mois proposés généralement dans le secteur des télécoms dans le cadre d'une mesure de départ volontaire. Pour faire pression sur Iliad, les salariés d'Alice pourraient donc se lancer dans une bataille juridique. Le comité central d'entreprise d'Alice devrait assigner Free en référé lundi prochain devant le tribunal de grande instance de Paris.