Noos Numericable : le procès du passé

27 mai 2008 à 16h48
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h52 -

Deux décisions judiciaires concernant le cablo-opérateur sont attendues dans les jours à venir.L'actualité de Numericable ne se limite pas uniquement à la fibre optique, au lancement de sa gamme de téléphonie mobile ou encore à son offre de rachat d'Alice. Le cablo-opérateur doit actuellement gérer son "passé" à Meaux (77) et à Douai (59).

Dans un premier temps, les regards se tournent vers la la 3ème chambre du tribunal correctionnel de Meaux où les débats ont opposé une quarantaine d'abonnés mécontents à l'ancien directeur général d'UPC France/ Noos (Jack Mikaloff), et à l'actuel PDG de Numericable (Philippe Besnier).

Publicité mensongère, vente forcée, tromperie sur la nature d'une prestation, démarchage sans contrat, abus de faiblesse... certaines pratiques du passé (faits antérieurs à 2007) déterrées par les associations d'abonnés et la DGCCRF ont ressurgi le temps d'un procès, semble-t-il, houleux.

Alors que la défense annonce "on ne dit pas qu'il n'y a pas de problèmes mais qu'il n'y a jamais eu d'intention de nuire et que tout ceci ne relève pas du pénal mais du civil", les plaignants estiment que le cablo-opérateur "a escroqué des gens et qu'il se moque d'eux aujourd'hui".

A l'issue des débats, le Parquet a requis une amende de 180 000€ contre la société Noos (fusionnée depuis avec Numericable), mais aussi 25000€ d'amende contre Philippe Besnier et 7500 contre Jack Mikaloff.