Avec le streaming, la révolution des jeux vidéo est en marche

jeux-video-streaming
25 mars 2019 à 16h49
- Mis à jour le 28 mars 2019 à 15h51 -

En dévoilant les contours de Stadia, sa future plateforme de cloud gaming, Google a donné un coup de projecteur sur un phénomène encore méconnu : les jeux video en streaming. Focus sur une révolution technologique qui ne fait que commencer et pourrait bouleverser profondément l'univers du jeu vidéo.

Les jeux vidéo en streaming, c'est quoi ?

C'est probablement la révolution technologique la plus importante de ces dernières années. Et elle porte un nom : le cloud gaming. En Français, cela veut dire : jeu vidéo en streaming. Et pour ceux qui n'aiment pas les anglicismes dans la langue française, on parlera de jeu vidéo à la demande.

Mais, aujourd'hui, jouer aux jeux vidéo dans le nuage, c'est possible. Grâce à la technologie du cloud gaming, il est possible de jouer à des jeux vidéo en haute définition depuis n'importe quel support (ordinateur, tablette, smartphone...) dès lors qu'on a une connexion internet suffisante. Concrètement, cela signifie qu'il n'y a plus besoin d'avoir une console et de télécharger des jeux pour pouvoir y jouer. Les jeux vidéo sont stockés et fonctionnent depuis des ordinateurs très puissants connectés à Internet (datacenter). Les acteurs du cloud gaming donnent accès à des bibliothèques de jeux hébergés sur leurs serveurs en ligne. Et, on y a accès en échange d'un abonnement payant. Un séisme dans l'univers des jeux vidéo.cloud-gaming-datacenter

En réalité, les jeux vidéo en streaming existent depuis le milieu des années 2010. Mais, la technologie du cloud gaming est restée limitée et confidentielle pendant plusieurs années, faute de pouvoir s'appuyer sur une technologie suffisamment puissante et faute d'intéresser les géants du numérique.

Avec la généralisation de la fibre optique et l'arrivée de la 5G, les jeux video en streaming vont pouvoir profiter d'une dynamique favorable. En outre, avec Stadia, Google est le premier des GAFA à se jeter dans l'arène des jeux vidéo en streaming. Et les autres ne vont pas manquer de le suivre. Les jeux vidéo en streaming sont maintenant prêts pour exploser au grand jour et faire rentrer l'univers du jeu vidéo, et plus largement celui du jeu, dans une nouvelle dimension.

Les jeux vidéo en streaming annoncent-ils la disparition des consoles ?

L'avènement des consoles de jeux vidéo remontent à temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Depuis plusieurs dizaines d'années, elles trônent dans le salon, jamais très loin d'une télévision. Les consoles de jeux vidéo ont séduit des millions et des millions de personnes. Et voilà qu'elles sont menacées de mort par les jeux vidéo en streaming.

En 10 ans, les ventes de consoles de jeux vidéo ont chuté de moitié,  passant de 89,23 millions de consoles vendues à 45,73 millions. Reste à savoir si les jeux vidéo en streaming vont leur porter le coup de grâce. Alors, game over pour les consoles de jeux ? Les avis divergent.

Pour Yves Guillemot, le PDG d'UbiSoft, partenaire de Google dans l'aventure Stadia, la messe est dite. "Il y a aura une autre génération de consoles et après cela, nous basculerons tous vers le streaming", disait-il l'année dernière. Quant à Olivier Avaro, le patron de Blacknut, une plateforme de jeux vidéo en streaming qui existe déjà, "pour les gamers, il y a le plaisir de posséder un objet, le hardware". En témoigne les rééditions de machines entrées dans la postérité comme la Super Nintendo ou la première Playstation. Quant à Julien Villedieu, délégué général du syndicat national du jeu vidéo, il reste prudent : "Avec Stadia, Google frappe un grand coup. Mais, il ne faut pas enterrer trop tôt les consoles. Il faut attendre de voir comment vont réagir les éditeurs de jeux".playstation

Dans l'immédiat, il faut plutôt envisager les jeux vidéo en streaming comme une offre complémentaire des consoles de jeux. Déjà parce que le cloud gaming n'en est encore qu'à ses balbutiements. Et aussi parce qu'il sera difficile de faire la peau de consoles qui se vendent comme des petits pains. À commencer par la Nintendo Swictch qui s'est écoulée à plus de 17 millions d'exemplaires en 2018. Une console de jeu qui marche déjà indifféremment sur un écran de télévision ou en mode nomade et qui, elle, n'a pas besoin de connexion à Internet pour fonctionner. À bon entendeur...

C'est quoi l'intérêt des jeux vidéo en streaming ?

Si les consoles de jeux ont encore pour un moment leur place dans nos salons et que le temps de les refourguer à des nostalgiques sur les brocantes n'est pas encore venu, force est de constater que les jeux vidéo en streaming présente de multiples avantages.

Avec les jeux vidéo en streaming pas besoin d'une console de jeux à 400€ ou d'un PC de gamer à 1000€. Avec les jeux vidéo en streaming, pas besoin de boîtier, tout est dématérialisé, une connexion à Internet et une manette suffisent. Avec les jeux vidéo en streaming, pas besoin de payer un jeu à plus de 70€ l'unité, un abonnement mensuel suffit pour avoir accès à un catalogue de plusieurs centaines de jeux. Les jeux vidéo en streaming, c'est donc la promesse de faire des économies dans univers de divertissement qui coûte cher.

L'autre avantage des jeux vidéo en streaming, c'est qu'il est possible de commencer une partie sur sa télévision, de la reprendre sur son smartphone et de la terminer sur son ordinateur. En bref, de passer d'un support à un autre en moins de deux secondes.streaming-jeux-video-supports

Enfin, à en croire Google, l'avantage des jeux vidéo en streaming, c'est de pouvoir regarder la bande annonce d'un jeu vidéo sur YouTube et de pouvoir y jouer en appuyant simplement sur le bouton "Jouer". Ou encore de pouvoir jouer en multijoueur avec la possibilité de voir la perspective de ses coéquipiers en écran partagé. Ce ne sont encore que des promesses mais elles sont saliver. Et pas seulement les gamers, mais aussi les joueurs plus occasionnels. Et comme le cloud gaming n'en est encore qu'à ses balbutiements, il y a fort à parier que d'autres fonctionnalités géniales ne manqueront pas d'apparaître.

La bataille du jeu vidéo dans le cloud

Stadia n'est encore qu'un projet. Mais, il a le mérite de donner un coup de projecteur sur une technologie qui existe déjà : le cloud gaming. Et, elle ne sera pas la première des plateformes de jeux vidéo en streaming. On en compte déjà plusieurs, même si elles n'atteignent pas le niveau de performance promis par Google.

Honneur aux Français, tout d'abord, qui ont été les premiers à investir le marché du jeu vidéo en streaming. Blacknut, le "Netflix du jeu vidéo, comme on le surnomme, fonctionne depuis plus d'un un an avec 250 jeux disponibles sur sa plateforme pour 9,99€/mois. Il y a aussi Shadow, le PC haut de gamme dans le cloud, conçu pour faire tourner les jeux les plus exigeants, à partir de 29,95€/mois. Voilà pour les français, les pionniers du cloud gaming.Blacknut est la première plateforme de jeu vidéo dans le cloud

Quant à Sony, avec le Playstation Now, il propose déjà 750 jeux vidéo dans le cloud. Nvidia, de son côté, continue la version bêta de son service GeForce Now. Il existe aussi des services encore plus confidentiels comme Hatch ou LiquidSky.

Google n'est donc pas le premier arrivé sur le marché. C'est juste le premier des géants du numérique à s'y intéresser. Apple, avec Apple Arcade a mis un pied dans le jeu vidéo mais n'a pas encore fait le pari du cloud gaming. Au contraire d'Amazon qui semble préparer une offensive, au même titre que Microsoft. La bataille du jeu vidéo dans le cloud ne fait que commencer.

Bien choisir sa plateforme de jeux vidéo en streaming

Il existe plusieurs types de services de jeux vidéo en streaming, directement accessibles aux particuliers ou embarqués dans l'interface de certains supports. Toujours est-il qu'il faut tenir compte de certains critères pour bien choisir sa plateforme de jeux vidéo en streaming.

La qualité de l'image tout d'abord. Elle est définie par la résolution maximale proposée par le fournisseur du service. Aujourd'hui, la meilleure qualité est de 1080 pixels. Le nombre de FPS, ensuite. C'est le nombre d'images par seconde. Les meilleurs services proposent jusqu'à 60 FPS. La latence, c'est le temps qui sépare l'entrée d'une commande par le gamer et son affichage à l'écran. Concrètement, c'est le temps nécessaire pour transmettre les informations au serveur cloud avant qu'elles ne soient retransmises à l'utilisateur dans le jeu vidéo. La latence du cloud gaming peut descendre sous la barre des 20 millisecondes. Voilà pour les critères techniques.

Mais, avant prendre un abonnement à une plateforme de jeux vidéo en streaming, il faut aussi jeter un oeil à la grandeur et à la nature du catalogue de jeux proposés. Certains services ne donnent accès qu'à une liste restreinte de jeux, 250 par exemple, quand d'autres permettent de jouer à tous les jeux vidéo disponibles. Enfin, il n'est pas inutile de se renseigner sur les supports compatibles avec le service mais aussi, et cela va de soi, le prix de l'abonnement, qui est plus ou moins intéressant d'un service de cloud gaming à l'autre.

Le problème du cloud gaming : la qualité de la connexion Internet

Avec la généralisation progressive de la fibre optique et l'arrivée prochaine de la 5G, les jeux vidéo vont rentrer dans une nouvelle ère, celle du streaming. La technologie du cloud gaming existe depuis plusieurs années mais elle est restée confidentielle. Elle n'intéressait, pas encore, les géants du numérique car les fournisseurs d'accès à Internet ne pouvaient pas garantir un débit suffisant pour garantir la stabilité du service. Sans très haut débit pour accéder aux serveurs de stockage, point de salut.fibre-reva-numerique

Jouer en streaming aux jeux vidéo dernier cri en haute définition ou ultra haute définition (4K voire 8K) et dans des conditions optimales nécessite de disposer d'une connexion robuste : Google a évoqué une connexion nécessaire de 25 Mbits/s. Et encore, il s'agit du débit réel de votre connexion à Internet et non pas du débit théorique affiché par l'opérateur. La fibre optique est donc indispensable. Autant vous dire que les jeux vidéo en streaming pour tous, c'est pas pour tout de suite. En effet, seuls 37%  des foyers français sont éligibles à la fibre optique, qui ne compte que 4,8 millions d'abonnés. Alors, avant de se lancer, mieux vaut faire un test pour savoir si vous éligible à la fibre ou un test de débit pour connaître la vitesse de votre connexion à Internet et ne pas payer un abonnement pour rien.

Autre problème : l'engorgement de la bande passante. À titre de comparaison, Netflix représente à lui seul 15% du trafic mondial sur Internet, jusqu'à 40% aux heures de pointe. YouTube, c'est 10%. Et comme un jeu vidéo peut être bien plus gourmand en bande passante qu'une vidéo, il risque fort d'y avoir un jour un embouteillage sur le réseau.

Écologie et cloud gaming ne font pas bon ménage

Le coût environnemental, engendré par la quantité de données transférées, est un autre problème, encore plus grave celui-là. Les serveurs qui sont nécessaires pour héberger les jeux vidéo doivent être ultra puissants. Or, il faut de l'électricité, beaucoup d'électricité, pour faire tourner les machines et fonctionner la climatisation, indispensable pour qu'elles ne tombent pas en panne. À titre d'exemple, Google présente un total d'émissions d'émissions de gaz à effets de serre de 6,1 millions de tonnes de CO2 par an. Édifiant. Et Google va donc en consommer encore plus, beaucoup plus, avec Stadia, sa plateforme de jeux vidéo en streaming, forcément extrêmement gourmande en énergie. Alors, Google a beau jeu de dire qu'il achète 50% d'énergies vertes pour faire tourner ses serveurs, ça fait quand même tâche à l'heure où l'on parle de plus en plus d'économies d'énergie et de développement durable.

 

TV et contenus