Bouygues commence la commercialisation de la 4G+

17 juin 2014 à 13h23
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h22 -

Après le lancement de la 4G en fin d'année 2013, Bouygues se positionne déjà sur des débits encore plus rapides avec la 4G+ : jusqu'à 220 Mb/s. Alors que Bouygues s'est fait doublé par Orange au début du mois sur le nombre d'antennes actives en 4G, il choisit de relancer la bataille sur les débits. L'opérateur garde un avantage non anodin sur ses concurrents : il est le seul aujourd'hui à pouvoir déployer le très haut débit mobile sur trois bandes de fréquences (800 MHz, 2600 MHz et 1800 MHz). Une aubaine pour se tourner vers la prochaine évolution. En effet la 4G+, ou 4G LTE-Advanced, permet d'augmenter les débits en utilisant plusieurs bandes de fréquences en simultané. Ainsi, chez Bouygues, la connexion pourra atteindre en théorie les 220 Mb/s en réception. Et de plus, son atout précieux est de pouvoir jouer sur trois agrégations différentes : 2600 MHz + 800 MHz ou 2600 MHz + 1800 MHz ou 1800 MHz + 800 MHz. Comment en profiter ? Toutefois, cette nouvelle avancée technologique demande également de s'équiper d'un terminal compatible. Alors, pour les sept premières villes concernées aujourd'hui par la 4G+ de Bouygues (Lyon, Bordeaux, Grenoble, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Malakoff et Rosny-sous-Bois), il faudra attendre le mois de juillet pour acheter la box 4G+ de Huawei, destinée aux entreprises. Le grand public pourra profiter du hotspot Bbox Nomad 4G+, et ensuite investir dans un smartphone compatible au mois de septembre. C'est d'ailleurs à ce moment-là que les 16 plus grandes villes de France seront également couvertes. Pour les abonnées qui auraient acheté un smartphone ces derniers temps pour profiter de la "simple" 4G, Bouygues Telecom ne les laisse pas de côté. Il continue d'améliorer son réseau "en élargissant la bande de fréquences utilisée sur les sites en 1800 MHz, passant de 10 MHz à 15 MHz [et] dès à présent, les clients profitent d'un meilleur confort et d'une fluidité accrue en 4G dans plusieurs grandes villes (Avignon, Clermont-Ferrand, Dijon, Toulon, Nîmes, Rennes, Grenoble, Chartres, Saint-Etienne, Rouen, Perpignan, Lyon et Bordeaux), et cet été dans plus de 1600 communes". La 4G+, bientôt chez la concurrence ? Même si Bouygues a été le premier a testé cette nouvelle technologie en octobre 2013, Orange et SFR ont aussi réalisé leurs expérimentations. En février dernier, l'opérateur historique testait la 4G jusqu'à 300 Mb/s. De son côté, SFR a confirmé que sa 4G+ sera lancée d'ici la fin de l'année dans une grande ville de France, sans préciser laquelle. Seul Free Mobile reste en arrière-plan. Ne pouvant déployer la 4G que sur la fréquence des 2.6GHz, il ne peut pas aujourd'hui réaliser de tests sur la 4G LTE-Advanced. C'est d'ailleurs une bonne raison pour Xavier Niel de lorgner sur le rachat de Bouygues Telecom. Le quatrième opérateur peine à s'aligner sur une couverture 4G - voire même 3G - aussi importante que la concurrence, mais en se rapprochant de l'un d'entre eux, il pourrait gagner un réseau à un coût moindre que s'il continue un déploiement en solo. Mais si les trois opérateurs envisagent d'améliorer leurs débits à grande échelle, l'enjeu sera alors sans doute positionné vers le refarming. Tout comme Bouygues, réutiliser les antennes 2G pour se tourner vers une 4G plus performante deviendra a priori nécessaire.