Déploiement du réseau mobile français : l'ANFR recense pratiquement 18 600 sites en 4G

6 octobre 2015 à 10h11
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h21 -

Alors que les 4 opérateurs ont déposé leurs dossiers de candidatures pour les enchères de fin d'année sur les fréquences en 'Or' des 700 MHz, les antennes 3G mais surtout 4G continuent à être déployées pour améliorer la couverture mobile du territoire...

L'ANFR a fait peau neuve, avec un nouveau site et un nouveau logo, présentant son tout dernier bilan de la couverture mobile française. Et comme les mois précédents, les deux acteurs qui sont les plus actifs sur le déploiement des supports 4G sont Orange et surtout Free Mobile, qui poursuit sa course contre la montre pour rattraper son retard de couverture du territoire.
Avec encore pas loin de 200 supports en plus en un mois, quasiment exclusivement dans les fréquences 2 600 MHz (sauf un site en 1 800 MHz), Free mobile est le plus dynamique.

Orange avec 109 supports 4G activés est en seconde position, suivi par Numericable-SFR avec 76 sites, qui semble sortir de plusieurs mois de relative léthargie. En queue de peloton, c'est toujours Bouygues Telecom, qui après avoir déployé massivement la 4G au tout début de son implantation, semble s'endormir sur ses lauriers. Là encore, il faut relativiser, car avec plus de 6700 support, dont presque un tiers en 800 MHz, Bouygues Telecom assure toujours une belle couverture du territoire et de la population (respectivement 23% et 72%).

Bilan sur la couverture 4G française des opérateurs

L’ANFR annonce 18 595 sites 4G actifs (pour 21 645 autorisés), dont 170 seulement en Outre--Mer (2 supports en plus en un mois !), avec à fin septembre, le classement des supports 4G suivant :

  • Orange : 7 902 sites actifs dont 4975 en 800 MHz (4 841 fin août), 5 694 en 2 600 MHz (5 652 fin août ) et toujours 0 sites officiellement activés en 1 800 MHz. Soit 109 supports en plus en un mois.
  • Bouygues Telecom : 6756, dont 1 961 sites en 800 MHz (1 990 un mois avant), 1 110 en 2 600 MHz (1109 fin août) et 6 096 en 1 800 Mhz (6 089 un mois avant). Soit 28 supports en plus en un mois.
  • Free avec 0 supports en 800 MHz, 4 648 supports en 2600 MHz (contre 4 455 un mois avant) et donc 1 antenne en 1800 MHz (contre 0 le mois précédent). Soit 193 supports en plus en un mois.
  • Numericable-SFR, avec désormais 3 266 supports en 800 MHz (contre 3 189 fin août), 963 sites en 2600 Mhz (contre 943 fin août) et toujours rien en 1 800 MHz. Soit 76 supports en plus en un mois.
  • Orange et Free les plus actifs, mais Bouygues encore dans la course en 4G…


    Au 1er octobre, quatre départements ont représenté près de 25 % du volume total des nouvelles autorisations 4G en métropole selon l'ANFR : la Drôme, le Finistère, la Charente et les Alpes-Maritimes.

    Les fréquences de la couverture 4G française

    Plus globalement, pour la couverture 4G en métropole, ce sont surtout les fréquences en 800 MHz (car plus de portée et meilleure pénétration), et 2 600 MHz (car le seul moyen pour Free de progresser) qui ont profité du déploiement sur de nouveaux supports :

    • 12 284 sites autorisés pour la 4G dans la bande 800 MHz (+ 2 % % sur un mois) et 9 323 activés.
    • 7 225 sites autorisés pour la 4G dans la bande 1 800 MHz (+ 0,4 % sur un mois) et 6173 activés.
    • 15 062 sites autorisés pour la 4G dans la bande 2 600 MHz (+ 1,2 % sur un mois) et 11 140 activés.


    Orange et Bouygues en tête sur la couverture 4G…


    A noter que Free, qui affichait 2 supports en 1 800 MHz autorisés (mais 0 activé), est passé à 20 sites autorisés, mais 1 actif. De même, Orange annonce aussi toujours 40 antennes autorisées dans la bande des 1 800 MHz, mais toujours aucune d'officiellement activée.

    Déjà la 5G en test à Belfort par Orange

    Les réseaux mobiles françaisPour anticiper le futur, l'ARCEP vient de délivrer à Orange une autorisation pour expérimenter la 5G en France, sur le Territoire de Belfort, jusqu'à fin décembre 2016. Alors que la 4G est loin de couvrir l'ensemble de la population française, et encore moins une part importante du territoire, on pense déjà à la prochaine technologie du réseau mobile, qui met la 4G et même la 4G+ à des années lumières de ce que sera cet Ultra Haut Débit mobile.
    Ce test entre dans le cadre du programme européen 5G-PPP, auquel participe Orange (ainsi que Samsung, Huawei, Intel, Alcatel...), notamment sur le projet mmMagic qui vise à développer les standards notamment de ce que sera la 5G de demain...

    Outre des débits plus élevés (estimés à 100 fois supérieurs à la 4G), la 5G est supposée pouvoir également gérer les futures réseaux mondiaux d'objets connectés, certains analystes estimant même qu'elle pourrait supplanter les connexions fixes de type fibre optique dans de nombreux cas ! Pour cela, la 5G utilisera des bandes de très hautes fréquences (3 600 à 3 800 MHz, 10 500 à 10 625 MHz et 17 300 à 17 425 MHz), encore inutilisées par les réseaux mobiles actuels.
    Les premiers réseaux opérationnels sont espérés pour 2020, plutôt en Asie d'ailleurs, qui semble posséder dans le domaine une longueur d'avance...