5G : le compte à rebours est lancé pour Bouygues, Free, Orange et SFR

Les enchères 5G devraient commencer le 29 septembre.
3 septembre 2020 à 11h36
- Mis à jour le 3 septembre 2020 à 11h36 -

Les enchères pour l'attribution des fréquences 5G devraient avoir lieu le 29 septembre. Avec plusieurs mois de retard, les opérateurs vont donc pouvoir accélérer le déploiement de la 5G qui rentre enfin dans la dernière ligne droite avant sa commercialisation à la fin de l'année.

Enchères 5G : rendez-vous le 29 septembre

Le calendrier de la 5G s'accélère. Alors que le député de la Somme François Ruffin (LFI) a demandé un moratoire dans l'attente des conclusions de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) sur les potentiels dangers de la 5G sur la santé et l'environnement, les enchères pour l'attribution des fréquences du nouveau réseau mobile devraient s'ouvrir le 29 septembre, à en croire une information du quotidien Les Echos.

Initialement prévue pour la mi-avril, mais reportées à cause de la COVID-19, la vente des bandes de fréquences 5G va donc commencer dans moins de trois semaines. Cette étape est la dernière avant la commercialisation des offres 5G, attendue pour la fin de l'année. Passée les enchères pour l'attribution des fréquences, les quatre opérateurs concernés, à savoir Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR, pourront accélérer le déploiement du futur réseau mobile 5G.

Plus que trois semaines avant l'attribution des fréquences 5G.

Comment vont se dérouler les enchères 5G ?

Le processus d'attribution des fréquences 5G va se passer en deux temps. Tout d'abord, Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR vont se voir attribuer un bloc de fréquences 50 MHz, dans la bande des 3,5 GHz. Il en coûtera 350 millions d'euros pour chacun des quatre opérateurs. Une première étape qui rapportera 1,4 milliards d'euros à l'État.

Puis, dans un second temps, 11 blocs de fréquences du 10 MHz chacun seront vendus aux enchères. Les enchères démarreront à 70 millions d'euros, pour chaque bloc. Cette seconde phase devrait rapporter un minimum de 770 millions d'euros à l'État qui, au final, attend donc un minimum de 2,17 milliards d'euros.

En octobre, se tiendra ensuite une seconde enchère afin de déterminer le positionnement des fréquences de chaque opérateur dans la bande des 3,5 GHz. L'Arcep, le régulateur des télécoms n'aura alors plus qu'à distribuer des autorisations aux quatre opérateurs pour qu'ils puissent exploiter la 5G. Elles devraient être délivrées fin octobre ou début novembre.

Conformément au nouveau calendrier fixé après le confinement, les opérateurs pourront alors décider de commercialiser des forfaits 5G pour la fin de l'année 2020. En attendant, les plus impatients peuvent d'ores et déjà s'équiper d'un smartphone compatible 5G.