[Exclu] Le portail Video Party d'Orange bientôt mis à jour

2 septembre 2010 à 16h18
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h45 -

Les services de web TV et de vidéo à la demande disponibles sur orange.fr seront enrichis sur le fond et la forme cet automne.Un an après le lancement de Video Party - le portail web qui lui a permis de rationaliser son offre de contenus audiovisuels - Orange s'apprête à lui offrir un lifting.

Selon nos informations, l'opérateur ne se contentera pas uniquement d'un coup de pinceau mais devrait lancer une toute nouvelle architecture de distribution des contenus "Live" et "On demand" serait lancée dès cet automne.

D'un point de vue purement graphique, les services Web TV et le catalogue de vidéos à la demande seront retouchés. La couleur noire (ancienne charte graphique) disparaitra au profit des tons gris/blanc adoptés par Orange depuis plusieurs mois.

Comme le montrent les captures d'écran, l'ergonomie des pages sera également améliorée. Les 37 web TV seront désormais présentées sous la forme d'une mosaïque (plutôt que sur un bandeau).

Web TV Avant
Web TV Orange

Web TV Après
Web TV Orange

Le service de VoD gagnera quant à lui en clarté avec une navigation plus intuitive, et en fonctionnalités avec l'intégration d'une bande annonce et la possibilité de lier les contenus aux réseaux sociaux Facebook ou Twitter par exemple.

VoD Avant
Web TV Orange

VoD Après
Web TV Orange

Conçue par les équipes de l'Orange Labs de Rennes, la nouvelle architecture de distribution des contenus audiovisuels d'Orange s'appuie sur une plateforme d'encodage mutualisée, multi-format, multi-débit et multi-terminal.

Parmi les évolutions à venir, citons aussi l'amélioration de l'expérience "utilisateur" grâce à une meilleure gestion des navigateurs web et des players vidéos. Les messages d'alerte sur la configuration logicielle des abonnés devraient enfin disparaître.

La nouvelle architecture permettra de fournir des web TV et des vidéos à la demande via le réseau Orange sur n'importe quel type de support fixe (PC, console, TV) et mobile (smartphone, tablette...).

Compte tenu de la généralisation de la consommation des contenus multimédias sur Internet et de la diversité des terminaux et des réseaux (ADSL, Fibre, 3G, 4G...), l'Orange Labs de Rennes recherche en parallèle le meilleur compromis entre la qualité audiovisuelle et les contraintes liées à la multitude de profils des abonnés contraints par le débit disponible.

Le paramétrage des algorithmes de compression (via la norme H264) est affiné grâce à des tests de perception réalisés auprès du grand public. Ces expériences visent à déterminer le niveau d'encodage à partir duquel les clients remarquent une baisse de qualité notamment sur des séquences complexes telles que les matchs de foot ou des scènes d'explosion dans des films d'action.

Après l'encodage en résolution 1080p déjà utilisé pour les clients Fibre (HD+ à 13Mbits/seconde) et les abonnés ADSL (flux HD à 8Mbits), les équipes d'Orange Labs testent actuellement le protocole "HTTP Streaming adaptatif" pour diffuser de la HD sur les terminaux mobiles.

Ces flux TV seront encodés en résolution 720p (3Mbits par seconde) pour être envoyés en streaming HD et en Wi-Fi sur les terminaux de l'abonné. Comparé au streaming de qualité standard (700Kbits) actuellement disponible, la qualité des flux testés sur un iPad ou un ordinateur portable est réellement bluffante.

L'intérêt du streaming adaptatif est de faire varier la qualité du flux TV de manière transparente pour le téléspectateur en tenant compte en temps réel de la bande passante réellement disponible. Selon le débit disponible, le réseau et le terminal utilisé, le flux est injecté avec un niveau d'encodage adapté.

La nouvelle architecture de distribution des contenus audiovisuels d'Orange est une composante importante de la stratégie de convergence de l'opérateur. Grâce à la maîtrise de bout en bout de la chaîne technique (de la source au terminal) et à la disponibilité de contenus HD sur tous les réseaux et tous les terminaux, Orange affûte ses armes pour séduire (ou fidéliser) ses prochains abonnés, lorsque le déploiement de la fibre optique et de la 4G favorisera les nouveaux modes de consommation des contenus audiovisuels.