SFR condamné pour non respect de ses engagements à Mayotte et à la Réunion

19 avril 2016 à 17h31
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h35 -

SFR vient d'être condamné à 15 millions d'euros d'amende pour ne pas avoir respecté ses engagements à La Réunion et à Mayotte. Fin 2014, Altice-Numericable rachète SFR. L’Autorité de la concurrence autorise cette opération mais oblige la cession d’Outremer Telecom alors détenu par Numericable à la Réunion et à Mayotte. En effet, en rachetant SFR, l’opérateur aurait alors détenu 66% de parts de marché à la Réunion et même 90% à Mayotte.

L’Autorité de la Concurrence exigeait également de la part d’Altice qu’avant la cession d’Outremer Telecom, « la viabilité économique et la compétitivité des activités » d’Outremer Telecom soit maintenues.

Hausse des tarifs et des résiliations

Or en 2015, les tarifs des forfaits d’Outremer Telecom ont connu des hausses de 17 à 60%, alors que les deux autres opérateurs présents sur ces îles, Orange et SRR (filiale de SFR) baissaient leurs prix. Mécaniquement, les résiliations ont été multipliées par trois en janvier 2015, en comparaison avec la moyenne des résiliations de 2014.

Des engagements non respectés

Autorité de la concurrence

Ainsi, selon l’Autorité de la Concurrence, les engagements n’ont pas été respectés puisque les clients d’Outremer Telecom ont subi ces hausses de tarif et que l’opérateur a donc perdu de sa compétitivité et son image a été écornée, alors que jusqu’alors Outremer Telecom pratiquait des tarifs agressifs.

L’Autorité de la Concurrence a jugé ces pratiques « graves » de la part d’Altice/Numericable.SFR conteste cette analyse et se réserve le droit d’un recours. Selon un communiqué de SFR, « Les hausses tarifaires, qui constituaient un acte de bonne gestion, n'ont altéré ni la compétitivité, ni la viabilité de l'activité cédée et n'ont induit aucune atteinte à la concurrence sur le marché ».

A l’été 2015, le groupe malgache Hiridjee a racheté Outremer Telecom, puis Iliad a racheté 50% du capital.