Comment se passe le déploiement de la fibre optique ?

lumiere-fibre-optique-bis
17 mai 2019 à 17h25
- Mis à jour le 20 mai 2019 à 11h06 -

L'État a promis l'Internet Très Haut Débit pour tous en 2022, dont 80% via la fibre optique. Alors, comment s'organise le déploiement de la fibre optique dans le pays ? Et, l'État parviendra-t-il à atteindre son objectif ? Faisons toute la lumière sur la fibre optique.

C'est quoi la fibre optique ?

La fibre optique est la technologie qui permet aujourd'hui d'atteindre les meilleurs débits Internet. Avec la fibre optique, on parle d'un débit minimum est de 100 Mb/s. C'est bien le minimum car, aujourd'hui, les opérateurs proposent quasiment tous des offres fibre avec des débits théoriques jusqu'à 1 Gb/s. Free fait encore mieux, il promet un débit en fibre jusqu'à 8 Gb/s avec la Freebox Delta. De quoi renvoyer l'ADSL à l'âge de pierre.La fibre optique est la technologie qui permet d'atteindre les meilleures débits Internet.

La fibre permet le transfert de données à grande vitesse. Il se fait via la lumière, qui transite par un câble contenant des fils de verre ou de plastique aussi fins que des cheveux. Les avantages de la fibre optique sont nombreux car elle autorise de nouveaux usages de l'Internet.

Mais, pour que la fibre optique devienne une réalité, il faut créer un nouveau réseau totalement indépendant du réseau téléphonique ou du câble. Ce qui nécessite des travaux. C'est pourquoi le déploiement de la fibre optique prend du temps et coûte cher.

Comment s'organise le déploiement de la fibre ?

Pour couvrir uniformément la France, le plan France Très Haut Débit a divisé le pays en deux parties : les zones très denses (ZTD) et les zones moins denses (ZMD). Et, de l'une à l'autre, le déploiement de la fibre optique n'est pas organisé de la même manière.Pour savoir si votre commune est concernée par le déploiement de la fibre optique

  • Les zones très denses

Les grandes agglomérations et les plus grandes villes sont répertoriées dans les zones très denses. Soit un total de 106 communes, avec 6,4 millions de locaux (logements et établissements professionnels) à raccorder au réseau de fibre optique.Selon l'Arcep, le gendarme des télécoms, les ZTD sont définies comme "les communes à forte concentration de population, pour lesquelles, sur une partie significative de leur territoire, il est économiquement viable pour plusieurs opérateurs de déployer (...) leur propre réseau de fibre optique au plus près des logements". En résumé, en zones très denses, il y a un réseau de fibre optique par opérateur.

Pour savoir si votre commune est déjà concernée par le déploiement de la fibre optique :

  • Les zones moins denses

C'est l'ensemble du territoire qui se situe en dehors des grandes agglomérations et des plus grandes villes. Cela représente un total de 29,9 millions de locaux à raccorder. Les zones moins denses se caractérisent par une densité de population moins importante. Le déploiement de la fibre optique est moins rentable. Par conséquent, le réseau fibre optique est mutualisé.

Les zones moins denses sont elles-mêmes divisées en deux parties :

- Les zones AMII (Appel à manifestation d'intention d'investissement). 13,1 millions de locaux sont concernés dans 3.600 communes. Elles se situent dans des zones où des opérateurs privés ont manifesté leur volonté de déployer un réseau de fibre optique. En l’occurrence, Orange, qui déploie le réseau fibré dans 80% des villes concernées, et SFR, pour les 20% de communes restantes. Comme le réseau est mutualisé, les autres opérateurs peuvent venir se greffer dessus, au gré d'accords commerciaux passés avec l'opérateur qui a déployé la fibre.

- Les zones RIP (Réseaux d'Initiative Publique). Dans ces zones, les moins densément peuplées, en milieu rural par exemple, les opérateurs considèrent que le déploiement de la fibre optique n'est pas assez rentable. L'effort est donc supporté par les collectivités territoriales. Elles lancent un appel d'offres pour attribuer le marché public des travaux à un opérateur d'infrastructure. Ce dernier bénéficie aussi d'une délégation de service public pour la gestion du réseau. C'est à lui que revient la charge de louer son réseau à des opérateurs qui pourront commercialiser leurs offres fibre.

Les différentes étapes du déploiement de la fibre optique

Dans l'optique de fournir une connexion Très Haut Débit à leurs abonnés, les fournisseurs d'accès à Internet commencent par déployer leur réseau fibre dans les rues des villes où en utilisant les infrastructures déjà existantes. On appelle ça : le déploiement horizontal.

Dans un réseau local de fibre optique, le NRO est le premier maillon de la chaîne.Le déploiement de la fibre optique commence au NRO (Noeud de raccordement optique). C'est le premier maillon de la chaîne et ils abritent les équipements des Fournisseurs d'Accès à Internet qui utilisent le réseau. Le NRO fait le lien entre le réseau national et le réseau local de distribution des opérateurs qui délivre la fibre aux habitants dans un rayon de 10 kilomètres.  On peut le comparer au central qui est présent sur tous les réseaux téléphoniques et ADSL. Toutes les lignes de fibre optique d'une zone déterminée (un quartier, une ville ou plusieurs communes à la fois) partent d'un NRO.

En zones très denses, chaque opérateur installe son NRO. Partout ailleurs, il n'y en a qu'un et il est installé par l'opérateur qui déploie le réseau fibre mutualisé.

point-mutualisation-immeubleDans un second temps, la fibre est déployée dans la rue vers les habitations. Les techniciens utilisent les équipements existants, comme le réseau téléphonique, en aérien, ou en souterrain le plus souvent. Ils tirent la fibre jusqu'à un PM (Point de Mutualisation).

En zones très denses, chaque opérateur déploie son réseau. Partout ailleurs, le réseau est mutualisé. Le PM, c'est une armoire métallique qui est installée dans la rue ou à l'intérieur des immeubles (de plus de 12 logements) en zones très denses.

À partir du Point de Mutualisation, le réseau est mutualisé. C'est à dire que le premier opérateur qui déploie son réseau fibre optique doit prévenir les autres et leur donner accès au PM. Il doit aussi respecter un délai de trois mois avant de pouvoir commercialiser une offre fibre.

Dès lors qu'un Point de Mutualisation est installé, on considère que tous les logements qu'il dessert sont théoriquement éligibles à la fibre. Pour le savoir, il suffit de faire un test d'éligibilité à la fibre optique. Il vous permet aussi de connaître les offres fibre commercialisées à votre adresse .

Le déploiement de la fibre optique nécessite ensuite l'installation d'un BPO (Point de Branchement Optique), encore plus proche des logements. Il est installé dans la rue le plus souvent. Mais, dans le cas où le PM se situe à l'intérieur d'un l'immeuble, un PBO est installé à chaque étage. On appelle ça le déploiement vertical. En effet, l'installation de la fibre optique dans un pavillon est différente de l'installation de la fibre optique dans un immeuble.

 

 

Reste alors une étape avant de pouvoir bénéficier du Très Haut Débit grâce à la fibre optique : le raccordement final. Il est effectué par l'opérateur auprès duquel vous avez souscrit une offre fibre. C'est lui qui est chargé de tirer la fibre du PBO jusqu'à votre logement. Un technicien vous installera alors une PTO (Prise Terminale Optique) afin de pouvoir connecter votre box au réseau fibre optique.

Où en est le déploiement de la fibre optique ?

 Au 1er janvier 2019, 37% des locaux étaient couverts par la fibre optique. Cela représente 13,5 millions de locaux. Et, on dénombrait 4,8 millions d'abonnés à la fibre

En outre, il existe des disparités dans le déploiement de la fibre optique selon qu'on se trouve en zones très denses, en zones AMII ou en zones RIP. La preuve :

  • En zones très denses : 82% des locaux couverts (5,3 millions), 32% d'abonnés (2,1 millions d'abonnés)
  • En zones AMII : 45% des locaux couverts (6,3 millions), 17% d'abonnés (2,4 millions)
  • En zones RIP : 12% des locaux couverts (1,9 million), 2% des abonnés (0,3 million)

En 2018, le nombre de locaux éligibles à la fibre optique a augmenté de 32% par rapport à l'année précédente. Le rythme s'est donc considérablement accéléré. 

Mais, ce n'est pas encore suffisant pour que l'État tienne son objectif du Très Haut Débit pour tous en 2022, dont 80% via la fibre optique. L'actuel gouvernement a fait un pari et il faudrait un petit miracle pour qu'il le réussisse.

Fibre Optique Réseaux